Créer un mini-Soleil sur Terre, capable de fournir quatre millions de fois plus d'énergie que les centrales à charbon, les scientifiques s'y attellent depuis les années 1950. Et dans cette course à l'énergie d...

Créer un mini-Soleil sur Terre, capable de fournir quatre millions de fois plus d'énergie que les centrales à charbon, les scientifiques s'y attellent depuis les années 1950. Et dans cette course à l'énergie du futur, basée sur la fusion des atomes, ils battent sans cesse de nouveaux records. Début juin, la société britannique Tokamak Energy a annoncé qu'elle avait chauffé un plasma - un mélange gazeux dans lequel s'opère la fusion - à 15 millions de degrés dans son réacteur expérimental, soit une température similaire à celle du coeur de notre bon vieux Soleil ! La riposte des experts de l'institut Max-Planck de la physique des plasmas à Munich ne s'est pas fait attendre. Trois semaines plus tard, ils communiquaient sur les dernières avancées de leur " Stellarator " : au coeur de cette installation futuriste (photo) en forme de donut, des ions d'hélium auraient atteint une température de... 40 millions de degrés. Un nouveau coup de chaud et un encouragement pour les scientifiques, confrontés à un défi technologique vertigineux.