" Face à la peur qui peut paralyser notre esprit d'analyse et radicaliser nos réactions, nous privilégions l'écoute et l'empathie, martèle Serge Rangoni, directeur général du théâtre de Liège. En lieu et place de la pensée simpliste, nous préférons nous essayer à appréhender la complexité. " La programmation 2016 du Festival Pays de danses, plus que jamais ancrée dans le monde d'aujourd'hui, insiste sur les grandes questions de société, sur la mixité, sur l'interculturalité dans nos villes et sur le vivre-ensemble. Mais rassurez-vous : les chorégraphes savent parle...

" Face à la peur qui peut paralyser notre esprit d'analyse et radicaliser nos réactions, nous privilégions l'écoute et l'empathie, martèle Serge Rangoni, directeur général du théâtre de Liège. En lieu et place de la pensée simpliste, nous préférons nous essayer à appréhender la complexité. " La programmation 2016 du Festival Pays de danses, plus que jamais ancrée dans le monde d'aujourd'hui, insiste sur les grandes questions de société, sur la mixité, sur l'interculturalité dans nos villes et sur le vivre-ensemble. Mais rassurez-vous : les chorégraphes savent parler à tous les spectateurs les yeux dans les yeux avec légèreté, humour et une bonne humeur contagieuse ! " Nous sommes aussi soucieux de mélanger des spectacles plus populaires avec des formes savantes et expérimentales ", souligne Serge Rangoni. Après avoir zoomé sur la Corée du Sud en 2014, Pays de danses focalise l'attention sur l'Argentine, invitée d'honneur. Au programme : un magnifique spectacle de tango (lire aussi page 80) ainsi que des esthétiques novatrices proposées par de jeunes chorégraphes talentueux, tels Constanza Macras et Juan Onofri Barbato. L'affiche - 24 spectacles - met également à l'honneur la création, essentiellement féminine, de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec la présence de Michèle Noiret, Nicole Mossoux, Louise Vanneste et Fatou Traoré. Entre les deux, on saluera le grand retour en Belgique, après quinze ans d'absence, de la Batsheva Dance Company, figure de proue du ballet contemporain. " Les artistes israéliens sont mal aimés des programmateurs en Belgique, pour ne pas dire ostracisés. Nous avons beaucoup hésité à inviter Ohad Naharin et sa Batsheva Dance Company, confie Serge Rangoni. Finalement nous l'avons fait, conformément à notre philosophie d'inscrire la programmation dans les démarches fortes ébranlant les normes. " On (re)découvrira donc avec plaisir les dix-sept danseurs électrisants dans Three, pièce emblématique du répertoire créée en 2005. Seule sur scène, Michèle Noiret réinvente son Solo Stockhausen, créé en 1997 et rebaptisé Palimpseste. Sur le thème des signes du Zodiaque, joué live par une clarinettiste et un pianiste, la chorégraphe nous offre des partis pris esthétiques imparables. Egalement seule sur scène, la chorégraphe et danseuse Nicole Mossoux interprète Whispers, ces murmures intérieurs envoyés par les fantômes de nos ancêtres qui traversent notre inconscient. Enfin, le Ballet national de Marseille nous plonge dans une mer déchaînée. Extremalism parle de nos corps sursollicités et stressés. Trente danseurs carburent (comme toujours) sur scène sans reprendre leur souffle. Et nous filent un merveilleux coup de fouet !Festival Pays de danses, au théâtre de Liège et aussi à Verviers, Huy, Engis, Chênée, Eupen, Hasselt et Maastricht. Du 28 janvier au 20 février. www.theatredeliege.beB. W.