" Et si on détournait un avion ? C'est une bonne idée, non ? On prend les enfants avec nous, d'accord ? " C'est à peu près ainsi qu'a commencé l'un des plus invraisemblables détournements d'avion de l'histoire. Nous sommes le 31 juillet 1972. Trois hommes et deux femmes noirs américains gravitant dans la mouvance d...

" Et si on détournait un avion ? C'est une bonne idée, non ? On prend les enfants avec nous, d'accord ? " C'est à peu près ainsi qu'a commencé l'un des plus invraisemblables détournements d'avion de l'histoire. Nous sommes le 31 juillet 1972. Trois hommes et deux femmes noirs américains gravitant dans la mouvance des Black Panthers embarquent avec trois enfants et quelques calibres - pas le moindre portique de sécurité à l'époque - dans le vol 841 Detroit-Miami. Ils braquent l'équipage, fument quelques pétards à 8 000 mètres d'altitude, se font remettre 1 million de dollars par un agent du FBI en slip sur le tarmac de Miami, relâchent les passagers et continuent jusqu'en Algérie. Le tout avec leurs enfants à l'arrière, donc. L'histoire de ce commando raconte aussi la condition des Noirs dans l'Amérique des sixties. On a même droit à un épilogue " frenchy " : après avoir purgé des peines plutôt légères, certains auteurs de ce coup de folie vivront leurs dernières années dans une cité de Caen. L'un d'eux, Melvin McNair, y devient même un entraîneur de base-ball respecté. On ne sera pas étonné que cette folle aventure paraisse dans une nouvelle collection, " Les Invraisemblables ", qui a pour particularité de ne publier que des histoires... vraies. Retrouvez l'actualité littéraire aussi dans Focus Vif : cette semaine, notamment, Mâcher la poussière, le nouveau roman d'Oscar Coop-Phane, lauréat du prix de Flore en 2012, page 38, et Apatride, le destin de deux femmes entre Paris et Calcutta retracé par l'écrivain franco-indienne Shumona Sinha, page 39. JÉRÔME DUPUIS