Une " boîte noire " dans la voiture ? Aux Etats-Unis, cela existe déjà. Non pas pour définir les causes d'un accident, mais pour enregistrer le nombre de kilomètres et les itinéraires parcourus. En Belgique, Corona Direct, une filiale du groupe bancaire Dexia, veut être le premier assureur du pays à introduire ce système pour établir le montant de la prime d'assurance. En effet, la boîte noire enregistre diverses indications déterminantes pour le calcul du risque d'accidents et du juste montant de la prime.
...

Une " boîte noire " dans la voiture ? Aux Etats-Unis, cela existe déjà. Non pas pour définir les causes d'un accident, mais pour enregistrer le nombre de kilomètres et les itinéraires parcourus. En Belgique, Corona Direct, une filiale du groupe bancaire Dexia, veut être le premier assureur du pays à introduire ce système pour établir le montant de la prime d'assurance. En effet, la boîte noire enregistre diverses indications déterminantes pour le calcul du risque d'accidents et du juste montant de la prime. Cette assurance au kilomètre, mieux connue sous le nom de " pay as you drive " (payez comme vous roulez), n'est pas réellement une innovation. Certaines compagnies attribuent déjà une diminution de la prime aux conducteurs qui parcourent moins de 10 000 kilomètres par an. Mais, à l'aide de la boîte noire, cette formule de coût flexible peut être encore mieux adaptée à la conduite du client. Car elle permet d'enregistrer bien plus d'éléments que le nombre de kilomètres. Par exemple, le lieu de circulation - à forte ou faible intensité de trafic -, le moment du déplacement - heures de pointe ou non -, et, bien sûr, la vitesse. " La technologie est au point, affirme Marc Schepers, expert auprès de Tritel, société spécialisée dans la problématique de la mobilité. La boîte précise quand et comment le véhicule accélère et freine, l'enclenchement du clignoteur, le dépassement de la vitesse autorisée, le port ou non de la ceinture de sécurité. Et, grâce à un système de GPS, elle détermine précisément la position du véhicule, sur une autoroute ou sur un chemin secondaire. " Le contrôle de la vitesse s'effectue sur la base d'une carte virtuelle qui a quadrillé le réseau routier selon les vitesses autorisées. " Mais l'établissement d'un inventaire des limitations de vitesse sur les routes secondaires pose problème, estime Schepers. Dans ce but, nous voudrions mettre en place un système informatisé permettant aux autorités locales de gérer elles-mêmes la signalisation des limitations de vitesse et de les transmettre à une banque de données. Mais je doute que la lenteur administrative autorise la constitution d'une carte tenue précisément à jour. D'autre part, je crois que la technologie dépassera rapidement cette procédure. La nouvelle BMW et l'Opel Insignia sont déjà équipées de caméras enregistrant la signalisation le long des routes. Allons plus loin. Si, dans cinq ou dix ans, tous les véhicules sont équipés de ce système, la carte des vitesses autorisées pourra être en permanence alimentée par tous ces véhicules. Et nous n'aurons plus besoin des administrations locales. "En revanche, il ne sera pas facile de traiter toutes les informations reçues. La boîte noire contiendra une montagne de données. Leur enregistrement et leur traitement coûteront une fortune. Vu sous cet angle, ce ne sera peut-être pas très lucratif pour les compagnies d'assurances. Autre préoccupation : le respect de la vie privée. Les compagnies d'assurances (et d'autres organismes) ont-elles le droit de suivre leurs clients à la trace ? " A ce propos, précise Schepers, la KUL a développé une technologie qui procède au codage des données de la boîte et ne transmet à l'assureur que l'information strictement nécessaire. C'est une solution. D'autre part, le respect de la vie privée varie d'un pays à l'autre. Aux Etats-Unis, les parents peuvent surveiller le comportement de leur enfant au volant grâce à un indicateur. Et, dans les Emirats arabes, un excès de vitesse enregistré par une boîte noire provoque immédiatement un signal dans la voiture. A une deuxième infraction se déclenche un avertissement plus sévère. Et, à la troisième incartade, le compte en banque du conducteur est automatiquement débité du montant d'une amende ! "B.V.