Dans son livre " Mind over Money ", la psychologue britannique Claudia Hammond cite une expérience imaginée par lauréat du Prix Nobel d'économie Daniel Kahneman, qui illustre ceci de belle manière. Dans cette expérience, une femme a acheté deux billets de théâtre pour 150 euros. Lorsqu'elle arrive à la représentation, elle ne parvient pas à retrouver ses billets, mais il est possible d'en acheter à l'entrée. Est-ce que cette femme va y aller de sa poche pour acheter de nouveaux billets, ou bien va-t-elle rebrousser chemin ? Dans cette expérience, près de neuf personnes sur dix ont été d'avis que la femme devrait renoncer à voir le spectacle.

Dans un second scénario, la femme n'a pas réservé ses billets, mais elle a prévu 150 euros dans son portefeuille pour les acheter sur place. Une fois arrivée au théâtre, elle se rend toutefois compte qu'elle a perdu l'argent. Que va-t-elle faire maintenant ? Sortir sa carte de crédit et encore acheter deux billets ? Dans ce scénario, plus de la moitié des répondants ont estimé que la femme devrait quand même acheter des billets. C'est étrange, mais dans ce deuxième scénario, une grande partie des personnes interrogées n'ont pas eu de problèmes à ce que cette femme paie deux fois ces billets, tandis qu'il trouvaient cela problématique dans le premier scénario.

© Getty Images/iStockphoto, spukkato

Comptes mentaux

L'économiste Richard Thaler explique ce comportement illogique en affirmant que nous avons tous des comptabilités mentales différentes, par lesquelles nous n'attribuons pas toujours la même valeur à un euro. L'argent gagné en jouant au loto ou reçu pour notre anniversaire n'aura pas la même valeur que celui pour lequel nous avons dû travailler dur. Avec ce dernier, nous aurons tendance à adopter un comportement plus économe.

En appliquant ceci à l'expérience décrite ci-dessus, Richard Thaler estime que les dépenses pour les billets de théâtre viennent d'un compte mental qui est destiné au divertissement. Si les billets sont perdus et qu'ils doivent être achetés une seconde fois, cette dépense nous semble excessive. Mais lorsque c'est l'argent qui est perdu, cette dépense n'est pas jugée excessive car il proviendra d'un compte mental général sur lequel il reste encore beaucoup d'argent dont nous pouvons disposer.

L'argent gagné en jouant au loto ou reçu pour notre anniversaire n'aura pas la même valeur que celui pour lequel nous avons dû travailler dur

Crèmes glacées

Les crèmes glacées constituent un autre exemple pour illustrer cette problématique. Lorsque nous faisons nos achats au magasin, nous avons tendance à comparer les prix minutieusement. Mais si nous nous promenons un beau jour d'été dans un parc, nous seront prêts à payer un multiple du prix payé en magasin pour acheter cette même crème glacée. Une nouvelle fois, l'explication est que ces deux dépenses proviennent en réalité d'un compte mental différent.

Cette expérience signifie donc que nous ne sommes certainement pas frivoles lorsque nous gérons notre argent, et nous réfléchissions à la manière dont nous allons l'utiliser. De sorte que nous ne dépenserons pas tout notre argent pour acheter des choses chères et amusantes. Les montants les plus importants sont placés dans des comptes mentaux sérieux, à partir desquels nous seront susceptibles de plus dépenser tout en faisant davantage attention au prix.

Voulez-vous savoir plus concernant le sujet de mental accouting? Lisez ici les autres articles du dossier.

Voulez-vous savoir votre propre pouvoir d'épargne? Faites le test ici.

Dans son livre " Mind over Money ", la psychologue britannique Claudia Hammond cite une expérience imaginée par lauréat du Prix Nobel d'économie Daniel Kahneman, qui illustre ceci de belle manière. Dans cette expérience, une femme a acheté deux billets de théâtre pour 150 euros. Lorsqu'elle arrive à la représentation, elle ne parvient pas à retrouver ses billets, mais il est possible d'en acheter à l'entrée. Est-ce que cette femme va y aller de sa poche pour acheter de nouveaux billets, ou bien va-t-elle rebrousser chemin ? Dans cette expérience, près de neuf personnes sur dix ont été d'avis que la femme devrait renoncer à voir le spectacle.Dans un second scénario, la femme n'a pas réservé ses billets, mais elle a prévu 150 euros dans son portefeuille pour les acheter sur place. Une fois arrivée au théâtre, elle se rend toutefois compte qu'elle a perdu l'argent. Que va-t-elle faire maintenant ? Sortir sa carte de crédit et encore acheter deux billets ? Dans ce scénario, plus de la moitié des répondants ont estimé que la femme devrait quand même acheter des billets. C'est étrange, mais dans ce deuxième scénario, une grande partie des personnes interrogées n'ont pas eu de problèmes à ce que cette femme paie deux fois ces billets, tandis qu'il trouvaient cela problématique dans le premier scénario.Comptes mentauxL'économiste Richard Thaler explique ce comportement illogique en affirmant que nous avons tous des comptabilités mentales différentes, par lesquelles nous n'attribuons pas toujours la même valeur à un euro. L'argent gagné en jouant au loto ou reçu pour notre anniversaire n'aura pas la même valeur que celui pour lequel nous avons dû travailler dur. Avec ce dernier, nous aurons tendance à adopter un comportement plus économe.En appliquant ceci à l'expérience décrite ci-dessus, Richard Thaler estime que les dépenses pour les billets de théâtre viennent d'un compte mental qui est destiné au divertissement. Si les billets sont perdus et qu'ils doivent être achetés une seconde fois, cette dépense nous semble excessive. Mais lorsque c'est l'argent qui est perdu, cette dépense n'est pas jugée excessive car il proviendra d'un compte mental général sur lequel il reste encore beaucoup d'argent dont nous pouvons disposer.Crèmes glacéesLes crèmes glacées constituent un autre exemple pour illustrer cette problématique. Lorsque nous faisons nos achats au magasin, nous avons tendance à comparer les prix minutieusement. Mais si nous nous promenons un beau jour d'été dans un parc, nous seront prêts à payer un multiple du prix payé en magasin pour acheter cette même crème glacée. Une nouvelle fois, l'explication est que ces deux dépenses proviennent en réalité d'un compte mental différent.Cette expérience signifie donc que nous ne sommes certainement pas frivoles lorsque nous gérons notre argent, et nous réfléchissions à la manière dont nous allons l'utiliser. De sorte que nous ne dépenserons pas tout notre argent pour acheter des choses chères et amusantes. Les montants les plus importants sont placés dans des comptes mentaux sérieux, à partir desquels nous seront susceptibles de plus dépenser tout en faisant davantage attention au prix.Voulez-vous savoir plus concernant le sujet de mental accouting? Lisez ici les autres articles du dossier.