Il est toujours un peu problématique d'évoquer la famille belge moyenne. Car comment une famille peut-elle être " moyenne " en Belgique ou dans les autres pays occidentaux ? Est-ce qu'il existe vraiment quelque chose que l'on pourrait considérer comme une famille belge moyenne ?

Chaque famille étant différente, les comparaisons sont toujours plus difficiles. Avec l'augmentation du nombre de situations particulières telles que la garde alternée ou les régimes du week-end chez les parents séparés, certains frais spécifiques ont considérablement augmenté. Il suffit de penser au fait d'avoir sa propre chambre chez chacun des parents, des jouets et des livres dans les deux maisons ou appartements, la tenue pour pratiquer son hobby, ou un vélo, aussi bien chez papa que chez maman... Il faut d'abord être capable de surmonter ces difficultés avant de pouvoir envisager d'épargner ou d'investir les allocations familiales.

Ce que les parents font de l'argent des allocations familiales diffère d'une famille à l'autre.

Quel est le montant des allocations familiales ?

En Flandre, les allocations familiales sont des contributions mensuelles du gouvernement flamand dans les frais d'éducation des enfants. Les parents vivant en Flandre y ont droit inconditionnellement jusqu'au 31 août de l'année durant laquelle l'enfant atteint 18 ans.

À l'heure actuelle, les allocations familiales mensuelles (à l'exclusion des suppléments d'âge) sont de 92 ? environ pour le premier enfant, de 170 ? environ pour le second enfant et de 254 ? à partir du 3e enfant. Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2019, le système change et chaque enfant recevra la même allocation mensuelle de base (sans doute 160 ?).

C'est également à cette date que le gouvernement flamand reprendra l'administration et les paiements des allocations familiales jusque-là assurés par FAMIFED. Kind en Gezin assumera la fonction d'administration et l'Agence autonomisée externe (Extern Verzelfstandigd Agentschap ou EVA) se verra alors attribuer la fonction de paiement.

La cigale et la fourmi

Ce que les parents font de l'argent des allocations familiales diffère d'une famille à l'autre. Certains parents achètent des vêtements ou font d'autres achats utiles, durant les soldes ou non. D'autres consacrent les allocations aux activités sportives et récréatives des enfants. Et d'autres parents encore réussissent à épargner intégralement l'argent des allocations familiales pour une utilisation ultérieure. Cette catégorie ne représente qu'à peine une famille sur 10.

Tout dépend naturellement de la méthode d'enquête, mais 42 % des parents épargneraient entre 20 et 99 euros par mois et par enfant. Un quart des parents n'épargnent pas un montant fixe et 1/5 n'épargne absolument pas pour ses enfants. Les parents en question indiquent qu'ils n'ont pas de marges financières suffisantes pour cela, ou qu'ils donneront de l'argent si les enfants en ont besoin, ou que l'épargne ne rapporte quand même rien, ou qu'ils commenceront " bientôt " à épargner. Ce qui signifie aux calendes grecques...

En épargnant ou en investissant chaque mois, vous pouvez aider vos enfants durant leur jeunesse et plus tard leur transmettre encore un joli capital.

Les Belges : parmi Européens les plus riches?

Régulièrement, les médias font leurs titres sur le fait que les familles belges compteraient parmi les plus riches d'Europe. Les journalistes évoquent alors l'ampleur des carnets d'épargne des Belges et les montants gigantesques qui se trouvent ainsi économisés.

Mais ces carnets d'épargne abondamment remplis ne concernent pas tous les Belges. Dans notre pays, le tiers de la richesse totale se trouve dans les mains des 5 % des Belges les plus riches. Ces derniers possèdent ensemble autant que les 75 % des Belges les plus pauvres ! L'inégalité financière est donc considérable et l'épargne est très inégalement répartie. L'économiste français Thomas Piketty, auteur de l'ouvrage Le Capital au XXIe siècle, a pour la première fois dans l'histoire, chiffré l'importance de cette inégalité de revenu (en 2013).

Epargner ou investir, cela rapporte...

La famille " moyenne ", caractérisée par son comportement prévoyant en matière d'épargne, semble dès lors constituer plutôt une exception. Vous n'avez pourtant pas besoin de disposer de grosses sommes pour commencer à épargner pour les enfants. En épargnant ou en investissant chaque mois, vous pouvez aider vos enfants durant leur jeunesse et plus tard leur transmettre encore un joli capital.

Que faites-vous de l'argent des allocations familiales ?

Yongo d'AG Insurance est une plate-forme d'épargne et d'investissement innovatrice à laquelle vous pouvez contribuer en tant que parent, à long ou à court terme, pour assurer un meilleur avenir à vos enfants En même temps, Yongo vous offre un grand nombre d'informations notamment via un panel de pédagogues et de spécialistes indépendants du monde financier. En s'appuyant sur leurs connaissances et leur expérience, ils examinent de près tous les aspects de la question des enfants et de l'argent.

Lisez ici les autres articles du dossier.

Il est toujours un peu problématique d'évoquer la famille belge moyenne. Car comment une famille peut-elle être " moyenne " en Belgique ou dans les autres pays occidentaux ? Est-ce qu'il existe vraiment quelque chose que l'on pourrait considérer comme une famille belge moyenne ?Chaque famille étant différente, les comparaisons sont toujours plus difficiles. Avec l'augmentation du nombre de situations particulières telles que la garde alternée ou les régimes du week-end chez les parents séparés, certains frais spécifiques ont considérablement augmenté. Il suffit de penser au fait d'avoir sa propre chambre chez chacun des parents, des jouets et des livres dans les deux maisons ou appartements, la tenue pour pratiquer son hobby, ou un vélo, aussi bien chez papa que chez maman... Il faut d'abord être capable de surmonter ces difficultés avant de pouvoir envisager d'épargner ou d'investir les allocations familiales.Quel est le montant des allocations familiales ?En Flandre, les allocations familiales sont des contributions mensuelles du gouvernement flamand dans les frais d'éducation des enfants. Les parents vivant en Flandre y ont droit inconditionnellement jusqu'au 31 août de l'année durant laquelle l'enfant atteint 18 ans.À l'heure actuelle, les allocations familiales mensuelles (à l'exclusion des suppléments d'âge) sont de 92 ? environ pour le premier enfant, de 170 ? environ pour le second enfant et de 254 ? à partir du 3e enfant. Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2019, le système change et chaque enfant recevra la même allocation mensuelle de base (sans doute 160 ?).C'est également à cette date que le gouvernement flamand reprendra l'administration et les paiements des allocations familiales jusque-là assurés par FAMIFED. Kind en Gezin assumera la fonction d'administration et l'Agence autonomisée externe (Extern Verzelfstandigd Agentschap ou EVA) se verra alors attribuer la fonction de paiement.La cigale et la fourmiCe que les parents font de l'argent des allocations familiales diffère d'une famille à l'autre. Certains parents achètent des vêtements ou font d'autres achats utiles, durant les soldes ou non. D'autres consacrent les allocations aux activités sportives et récréatives des enfants. Et d'autres parents encore réussissent à épargner intégralement l'argent des allocations familiales pour une utilisation ultérieure. Cette catégorie ne représente qu'à peine une famille sur 10.Tout dépend naturellement de la méthode d'enquête, mais 42 % des parents épargneraient entre 20 et 99 euros par mois et par enfant. Un quart des parents n'épargnent pas un montant fixe et 1/5 n'épargne absolument pas pour ses enfants. Les parents en question indiquent qu'ils n'ont pas de marges financières suffisantes pour cela, ou qu'ils donneront de l'argent si les enfants en ont besoin, ou que l'épargne ne rapporte quand même rien, ou qu'ils commenceront " bientôt " à épargner. Ce qui signifie aux calendes grecques...Les Belges : parmi Européens les plus riches?Régulièrement, les médias font leurs titres sur le fait que les familles belges compteraient parmi les plus riches d'Europe. Les journalistes évoquent alors l'ampleur des carnets d'épargne des Belges et les montants gigantesques qui se trouvent ainsi économisés.Mais ces carnets d'épargne abondamment remplis ne concernent pas tous les Belges. Dans notre pays, le tiers de la richesse totale se trouve dans les mains des 5 % des Belges les plus riches. Ces derniers possèdent ensemble autant que les 75 % des Belges les plus pauvres ! L'inégalité financière est donc considérable et l'épargne est très inégalement répartie. L'économiste français Thomas Piketty, auteur de l'ouvrage Le Capital au XXIe siècle, a pour la première fois dans l'histoire, chiffré l'importance de cette inégalité de revenu (en 2013).Epargner ou investir, cela rapporte...La famille " moyenne ", caractérisée par son comportement prévoyant en matière d'épargne, semble dès lors constituer plutôt une exception. Vous n'avez pourtant pas besoin de disposer de grosses sommes pour commencer à épargner pour les enfants. En épargnant ou en investissant chaque mois, vous pouvez aider vos enfants durant leur jeunesse et plus tard leur transmettre encore un joli capital.Lisez ici les autres articles du dossier.