Il ne s'agira plus du tout de l'habituel conseil qui accompagne éventuellement la délivrance d'un médicament et qui ne dépasse pas quelques minutes, mais d'un entretien individuel d'environ un quart d'heure, répété une fois par trois mois. Et pas au comptoir de la pharmacie, mais dans un local séparé, où la confidentialité de l'entretien sera respectée. Le tout sera entièrement gratuit pour le patient. La pathologie choisie pour cette innovation est l'asthme, une maladie qui touche presque 10% des enfants et des aînés, mais aussi 7% des adultes. "Potentiellement, plus de 160.000 Belges sont concernés", explique Christian Elsen, vice-président de l'Association Pharmaceutique Belge, qui vient de conclure l'accord avec les mutuelles et l'Inami. Pour un entretien de ce type, le pharmacien recevra 20 euros. (Belga)

Il ne s'agira plus du tout de l'habituel conseil qui accompagne éventuellement la délivrance d'un médicament et qui ne dépasse pas quelques minutes, mais d'un entretien individuel d'environ un quart d'heure, répété une fois par trois mois. Et pas au comptoir de la pharmacie, mais dans un local séparé, où la confidentialité de l'entretien sera respectée. Le tout sera entièrement gratuit pour le patient. La pathologie choisie pour cette innovation est l'asthme, une maladie qui touche presque 10% des enfants et des aînés, mais aussi 7% des adultes. "Potentiellement, plus de 160.000 Belges sont concernés", explique Christian Elsen, vice-président de l'Association Pharmaceutique Belge, qui vient de conclure l'accord avec les mutuelles et l'Inami. Pour un entretien de ce type, le pharmacien recevra 20 euros. (Belga)