"Un trou dans une chaussée ou une saillie représente un danger pour les motards. Mais l'évitement de ces obstacles par les automobilistes occasionne également un risque supplémentaire pour nous, usagers faibles", commente M. Vereecke. "L'état des routes est dramatique", poursuit-il. Dimanche matin, les motards partiront de Charleroi, Bruxelles, Bierges, Ghislenghien, Liège et Namur pour dénoncer "les défauts de sécurité sur le réseau routier wallon". Tout au long de leur itinéraire, ils enduiront à la bombe de peinture "les dangers imminents" rencontrés sur la chaussée. Une fois rassemblés à Nivelles, vers midi, les motards rejoindront Dour où ils remettront un cadeau de circonstance au ministre des Travaux publics. "Il s'agira d'un oeuf géant", précise M. Vereeck, se référant non pas à la fête de Pâques, mais aux nombreux nids de poule qui creusent la route. Avec cette action, les motards entendent dénoncer la lenteur de l'administration wallonne à reboucher les trous du réseau routier. Au cours des 20 dernières années, la circulation des motos a augmenté de plus de 60% sur le réseau routier wallon. (FMA)

"Un trou dans une chaussée ou une saillie représente un danger pour les motards. Mais l'évitement de ces obstacles par les automobilistes occasionne également un risque supplémentaire pour nous, usagers faibles", commente M. Vereecke. "L'état des routes est dramatique", poursuit-il. Dimanche matin, les motards partiront de Charleroi, Bruxelles, Bierges, Ghislenghien, Liège et Namur pour dénoncer "les défauts de sécurité sur le réseau routier wallon". Tout au long de leur itinéraire, ils enduiront à la bombe de peinture "les dangers imminents" rencontrés sur la chaussée. Une fois rassemblés à Nivelles, vers midi, les motards rejoindront Dour où ils remettront un cadeau de circonstance au ministre des Travaux publics. "Il s'agira d'un oeuf géant", précise M. Vereeck, se référant non pas à la fête de Pâques, mais aux nombreux nids de poule qui creusent la route. Avec cette action, les motards entendent dénoncer la lenteur de l'administration wallonne à reboucher les trous du réseau routier. Au cours des 20 dernières années, la circulation des motos a augmenté de plus de 60% sur le réseau routier wallon. (FMA)