"Ma cliente est tétanisée par la présence des caméras et des journalistes. Je demande à ce que l'audience se tienne à huis clos", a réclamé Me Marc Uyttendaele, le conseil d'une des victimes, âgée de 15 ans, après quoi le tribunal a décidé de faire sortir le public de la salle. L'instruction d'audience s'est donc tenue à huis clos. Selon le conseil du prévenu, ce dernier est en aveu des faits. Guy C., un ancien professeur du Collège du Sacré-Coeur de Ganshoren, doit répondre de faits de moeurs sur mineurs. Il lui est reproché d'avoir abusé sexuellement de plusieurs de ses élèves, des adolescentes âgées de 13 à 18 ans. Certaines d'entre elles se sont constituées partie civile au procès ainsi que l'école elle-même. L'affaire avait éclaté en 2009, juste après un autre scandale d'abus sexuels sur des élèves du Collège du Sacré-Coeur de Ganshoren, commis par un collègue du prévenu. Celui-ci avait été condamné, par le même tribunal, en mars 2013. Le procès se poursuivra mardi, notamment avec le réquisitoire, toujours à huis-clos. (Belga)

"Ma cliente est tétanisée par la présence des caméras et des journalistes. Je demande à ce que l'audience se tienne à huis clos", a réclamé Me Marc Uyttendaele, le conseil d'une des victimes, âgée de 15 ans, après quoi le tribunal a décidé de faire sortir le public de la salle. L'instruction d'audience s'est donc tenue à huis clos. Selon le conseil du prévenu, ce dernier est en aveu des faits. Guy C., un ancien professeur du Collège du Sacré-Coeur de Ganshoren, doit répondre de faits de moeurs sur mineurs. Il lui est reproché d'avoir abusé sexuellement de plusieurs de ses élèves, des adolescentes âgées de 13 à 18 ans. Certaines d'entre elles se sont constituées partie civile au procès ainsi que l'école elle-même. L'affaire avait éclaté en 2009, juste après un autre scandale d'abus sexuels sur des élèves du Collège du Sacré-Coeur de Ganshoren, commis par un collègue du prévenu. Celui-ci avait été condamné, par le même tribunal, en mars 2013. Le procès se poursuivra mardi, notamment avec le réquisitoire, toujours à huis-clos. (Belga)