Le footballeur avait porté des coups, en 2010, contre son ancienne compagne, qui était enceinte au moment des faits. En janvier 2012, Antonio Ghomsi avait bénéficié d'une suspension du prononcé, à condition notamment d'être suivi pour ses problèmes d'agressivité, mais il n'a, par après, donné aucune suite à quatre lettres de convocation de la maison de justice et de la commission de probation. Le tribunal avait donc révoqué la suspension du prononcé et prononcé une peine de cinq mois de prison avec sursis et une amende de 550 euros. Un jugement qui a donc été confirmé ce jeudi en appel. (327)

Le footballeur avait porté des coups, en 2010, contre son ancienne compagne, qui était enceinte au moment des faits. En janvier 2012, Antonio Ghomsi avait bénéficié d'une suspension du prononcé, à condition notamment d'être suivi pour ses problèmes d'agressivité, mais il n'a, par après, donné aucune suite à quatre lettres de convocation de la maison de justice et de la commission de probation. Le tribunal avait donc révoqué la suspension du prononcé et prononcé une peine de cinq mois de prison avec sursis et une amende de 550 euros. Un jugement qui a donc été confirmé ce jeudi en appel. (327)