"Je suis très heureux de rentrer chez moi", a déclaré M. Dziemianczuk, cité dans un communiqué de Greenpeace, tout en soulignant que l'action à cause de laquelle il avait été mis en prison n'était qu'un "grand début de notre campagne pour l'Arctique". Tomasz Dziemianczuk avait été arrêté avec 29 autres militants écologistes fin septembre sur une plateforme pétrolière de Gazprom dans l'Arctique pour dénoncer les risques de l'exploitation d'hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes particulièrement fragiles. Inculpés dans un premier temps de piraterie, un crime passible de 15 ans de prison maximum, ils ont ensuite été inculpés de hooliganisme, délit qui leur faisait encourir jusqu'à sept ans de détention. Le 19 décembre, le président Poutine a annoncé leur libération. (Belga)

"Je suis très heureux de rentrer chez moi", a déclaré M. Dziemianczuk, cité dans un communiqué de Greenpeace, tout en soulignant que l'action à cause de laquelle il avait été mis en prison n'était qu'un "grand début de notre campagne pour l'Arctique". Tomasz Dziemianczuk avait été arrêté avec 29 autres militants écologistes fin septembre sur une plateforme pétrolière de Gazprom dans l'Arctique pour dénoncer les risques de l'exploitation d'hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes particulièrement fragiles. Inculpés dans un premier temps de piraterie, un crime passible de 15 ans de prison maximum, ils ont ensuite été inculpés de hooliganisme, délit qui leur faisait encourir jusqu'à sept ans de détention. Le 19 décembre, le président Poutine a annoncé leur libération. (Belga)