Le bureau d'éthique et de déontologie de la Ville de Charleroi a vu le jour après les affaires politico-financières qui ont éclaté dans la métropole. Fruit d'une volonté de la majorité sortie des urnes après les élections communales de 2006, il avait la mission selon son président, Jean-Claude Lacroix de participer au rétablissement de la norme au sein de la Ville. En six ans, le bureau a rédigé un code d'éthique et de déontologie, a donné des formations à plus de 1.800 agents communaux et a ouvert plus de 250 dossiers traitant de questions déontologiques. "Cette action a permis pas mal de changements de comportements, elle a sans doute participé à ce que les élus ne fassent plus inscrire leurs noms sur les panneaux annonçant un chantier ou à ce qu'ils adaptent leur communication", a affirmé Jean-Claude Lacroix. Le maintien du bureau ne semble pas une priorité pour la nouvelle majorité. "Les membres de l'organisme jugeront de l'importance qu'on leur accorde au travers des futures décisions", a affirmé Pierre Cuisinier, le vice-président. (Belga)

Le bureau d'éthique et de déontologie de la Ville de Charleroi a vu le jour après les affaires politico-financières qui ont éclaté dans la métropole. Fruit d'une volonté de la majorité sortie des urnes après les élections communales de 2006, il avait la mission selon son président, Jean-Claude Lacroix de participer au rétablissement de la norme au sein de la Ville. En six ans, le bureau a rédigé un code d'éthique et de déontologie, a donné des formations à plus de 1.800 agents communaux et a ouvert plus de 250 dossiers traitant de questions déontologiques. "Cette action a permis pas mal de changements de comportements, elle a sans doute participé à ce que les élus ne fassent plus inscrire leurs noms sur les panneaux annonçant un chantier ou à ce qu'ils adaptent leur communication", a affirmé Jean-Claude Lacroix. Le maintien du bureau ne semble pas une priorité pour la nouvelle majorité. "Les membres de l'organisme jugeront de l'importance qu'on leur accorde au travers des futures décisions", a affirmé Pierre Cuisinier, le vice-président. (Belga)