Dans une lettre adressée aux représentants du président russe dans les régions, le FSB (Service fédéral de sécurité) "a recommandé aux fonctionnaires de ne pas utiliser les services étrangers comme Gmail", a écrit Izvestia.

Jusqu'à présent, les fonctionnaires russes ont largement utilisé Gmail et d'autres messageries étrangères, selon le journal.
Début novembre, en pleine polémique avec l'Europe et l'Asie sur la collecte massive de données par Washington, les États-Unis ont concédé avoir commis des excès en matière d'espionnage, tout en justifiant ces opérations par la lutte antiterroriste et la prévention contre des attentats.

Six grands groupes américains de la technologie (Google, Apple, Microsoft, Facebook, Yahoo! et AOL) ont pressé le Congrès de contrôler davantage la NSA, en exigeant plus de transparence sur la surveillance et plus de protection de la vie privée.

Dans une lettre adressée aux représentants du président russe dans les régions, le FSB (Service fédéral de sécurité) "a recommandé aux fonctionnaires de ne pas utiliser les services étrangers comme Gmail", a écrit Izvestia. Jusqu'à présent, les fonctionnaires russes ont largement utilisé Gmail et d'autres messageries étrangères, selon le journal. Début novembre, en pleine polémique avec l'Europe et l'Asie sur la collecte massive de données par Washington, les États-Unis ont concédé avoir commis des excès en matière d'espionnage, tout en justifiant ces opérations par la lutte antiterroriste et la prévention contre des attentats. Six grands groupes américains de la technologie (Google, Apple, Microsoft, Facebook, Yahoo! et AOL) ont pressé le Congrès de contrôler davantage la NSA, en exigeant plus de transparence sur la surveillance et plus de protection de la vie privée.