Experts fiscaux et balistiques, interprètes, psychiatres, opérateurs télécom attendent de recevoir 59,4 millions d'euros pour les tâches qu'ils ont remplies à la demande la justice. La moitié de l'arriéré couvre des factures qui remontent à l'an passé et, en 2013, la situation a encore empiré. Avec les impayés des honoraires des médecins et dentistes qui oeuvrent dans les prisons, la somme atteint 75 millions d'euros. La Cour des comptes, dont le rapport était déjà évoqué mardi dans l'Echo, pointe du doigt un sous-financement structurel de 20 millions d'euros. "Les experts qui doivent attendre de recevoir leur argent pendant des mois finissent par décrocher et se concentrer sur leur activité privée, par exemple en tant que médecin. De cette manière, on ne garde plus que les idéalistes ou les experts les moins compétents. Et ceux qui restent se noient dans leur travail, ce qui nuit à la qualité", a souligné le député écologiste. (Belga)

Experts fiscaux et balistiques, interprètes, psychiatres, opérateurs télécom attendent de recevoir 59,4 millions d'euros pour les tâches qu'ils ont remplies à la demande la justice. La moitié de l'arriéré couvre des factures qui remontent à l'an passé et, en 2013, la situation a encore empiré. Avec les impayés des honoraires des médecins et dentistes qui oeuvrent dans les prisons, la somme atteint 75 millions d'euros. La Cour des comptes, dont le rapport était déjà évoqué mardi dans l'Echo, pointe du doigt un sous-financement structurel de 20 millions d'euros. "Les experts qui doivent attendre de recevoir leur argent pendant des mois finissent par décrocher et se concentrer sur leur activité privée, par exemple en tant que médecin. De cette manière, on ne garde plus que les idéalistes ou les experts les moins compétents. Et ceux qui restent se noient dans leur travail, ce qui nuit à la qualité", a souligné le député écologiste. (Belga)