La jeune femme a expliqué à l'agence Belga avoir porté plainte à la police de sa localité, dans le Brabant flamand. "Normalement, la déposition devait être traitée par le parquet de Louvain, mais elle sera transférée au parquet de Bruxelles, étant donné que l'euthanasie a été pratiquée dans l'hôpital bruxellois, l'UZ Brussel." Dans une interview accordée au magazine Dag Allemaaal, la jeune femme se demande comment sa mère qui "n'a jamais reçu de traitement pour soigner sa dépression, a pu bénéficier d'une euthanasie". Elle ajoute que cette dernière n'aurait jamais fait part de son envie de mourir. La plainte concerne le professeur Wim Distelmans. Ce médecin favorable à l'euthanasie est considéré comme un "pionnier" en la matière. Wim Distelmans a refusé de commenter l'information. Il a néanmoins précisé que toutes les exigences légales pour pratiquer l'euthanasie ont été respectées. Son nom est également cité dans un autre dossier similaire. Tom Mortier, le fils d'une femme souffrant d'une dépression chronique et traitée par le docteur Distelmans, a porté plainte le 9 avril dernier "contre X" au parquet de Bruxelles. Il affirme ne pas avoir été averti de la date à laquelle l'euthanasie de sa mère a été pratiquée. (Belga)

La jeune femme a expliqué à l'agence Belga avoir porté plainte à la police de sa localité, dans le Brabant flamand. "Normalement, la déposition devait être traitée par le parquet de Louvain, mais elle sera transférée au parquet de Bruxelles, étant donné que l'euthanasie a été pratiquée dans l'hôpital bruxellois, l'UZ Brussel." Dans une interview accordée au magazine Dag Allemaaal, la jeune femme se demande comment sa mère qui "n'a jamais reçu de traitement pour soigner sa dépression, a pu bénéficier d'une euthanasie". Elle ajoute que cette dernière n'aurait jamais fait part de son envie de mourir. La plainte concerne le professeur Wim Distelmans. Ce médecin favorable à l'euthanasie est considéré comme un "pionnier" en la matière. Wim Distelmans a refusé de commenter l'information. Il a néanmoins précisé que toutes les exigences légales pour pratiquer l'euthanasie ont été respectées. Son nom est également cité dans un autre dossier similaire. Tom Mortier, le fils d'une femme souffrant d'une dépression chronique et traitée par le docteur Distelmans, a porté plainte le 9 avril dernier "contre X" au parquet de Bruxelles. Il affirme ne pas avoir été averti de la date à laquelle l'euthanasie de sa mère a été pratiquée. (Belga)