La FGTB, qui comprend et soutient les contremaîtres dans leurs revendications, estime cependant que les actions préconisées par les contremaîtres "se trompent de cible". "Nous attendons d'ailleurs dans ce dossier que la direction prenne également ses responsabilités", souligne Antonio Fanara. Depuis plusieurs semaines, les contremaîtres réclament une revalorisation salariale. En absence de réponse de la direction, les travailleurs ont décidé de passer à l'action en interdisant les bons de sortie ou en refusant d'évaluer le personnel à durée déterminée sous ses ordres. Cette évaluation est cependant importante pour l'avenir du travailleur, rappelle la FGTB, car elle permet de le garder pour une durée supplémentaire de 3, 6 ou 9 mois voire de lui offrir un contrat à durée indéterminée. Jeudi dernier, trois contremaîtres, qui n'avaient pas rendu de rapports, ont été interdits d'entrée par la FGTB. Leurs collègues, par solidarité, ont à leur tour débrayé et ont quitté leur poste de travail. (Belga)

La FGTB, qui comprend et soutient les contremaîtres dans leurs revendications, estime cependant que les actions préconisées par les contremaîtres "se trompent de cible". "Nous attendons d'ailleurs dans ce dossier que la direction prenne également ses responsabilités", souligne Antonio Fanara. Depuis plusieurs semaines, les contremaîtres réclament une revalorisation salariale. En absence de réponse de la direction, les travailleurs ont décidé de passer à l'action en interdisant les bons de sortie ou en refusant d'évaluer le personnel à durée déterminée sous ses ordres. Cette évaluation est cependant importante pour l'avenir du travailleur, rappelle la FGTB, car elle permet de le garder pour une durée supplémentaire de 3, 6 ou 9 mois voire de lui offrir un contrat à durée indéterminée. Jeudi dernier, trois contremaîtres, qui n'avaient pas rendu de rapports, ont été interdits d'entrée par la FGTB. Leurs collègues, par solidarité, ont à leur tour débrayé et ont quitté leur poste de travail. (Belga)