André Gyselbrecht a avoué avoir seulement voulu "donner une petite leçon" à Stijn Saelens et aurait pour cette raison fait appel à son ami Pierre Serry. Près de deux ans après l'assassinat du châtelain, les enquêteurs sont toujours à la recherche des exécutants. Fin janvier, un homme originaire d'Eindhoven, entre-temps décédé, a été démasqué. Le parquet dispose également de l'ADN d'un possible second assassin mais celui-ci demeure introuvable pour l'instant. Le parquet a également annoncé vendredi son intention de scinder le dossier en deux. Cela signifierait que le procès des commanditaires pourrait débuter en assises, tandis que l'enquête sur les exécutants pourrait se poursuivre. Il reviendra au juge d'instruction de trancher sur la question. Johan Platteau, avocat du docteur Gyselbrecht, va faire appel de la décision de la chambre du conseil. Dans les deux semaines, la chambre des mises en accusation de Gand se prononcera sur la prolongation de la détention d'André Gyselbrecht. (Belga)

André Gyselbrecht a avoué avoir seulement voulu "donner une petite leçon" à Stijn Saelens et aurait pour cette raison fait appel à son ami Pierre Serry. Près de deux ans après l'assassinat du châtelain, les enquêteurs sont toujours à la recherche des exécutants. Fin janvier, un homme originaire d'Eindhoven, entre-temps décédé, a été démasqué. Le parquet dispose également de l'ADN d'un possible second assassin mais celui-ci demeure introuvable pour l'instant. Le parquet a également annoncé vendredi son intention de scinder le dossier en deux. Cela signifierait que le procès des commanditaires pourrait débuter en assises, tandis que l'enquête sur les exécutants pourrait se poursuivre. Il reviendra au juge d'instruction de trancher sur la question. Johan Platteau, avocat du docteur Gyselbrecht, va faire appel de la décision de la chambre du conseil. Dans les deux semaines, la chambre des mises en accusation de Gand se prononcera sur la prolongation de la détention d'André Gyselbrecht. (Belga)