La quatrième vague de la pandémie de coronavirus semble avoir atteint son pic en Région bruxelloise, a indiqué mardi Inge Neven, la responsable covid de la Commission communautaire commune (Cocom), lors d'un point presse en ligne sur la situation sanitaire dans la capitale. Elle a toutefois lancé un appel à la prudence par rapport à l'augmentation des cas d'infection au variant Omicron.

Le taux de reproduction (Rt) du virus a chuté à 0,93 à Bruxelles, lorsque cet indicateur se situe en dessous de 1 cela signifie que l'épidémie tend à ralentir. Il y a une semaine, ce taux s'établissait encore à 1,13. Le taux d'incidence, lui, atteint 1.505 pour 100.000 habitants sur 14 jours, soit une légère augmentation.

Le nombre de tests PCR effectués avoisine les 10.200 par jour pour un taux de positivité de 13,8%, ce qui représente une augmentation de 0,7% par rapport à la semaine précédente. Les 30-49 ans constituent, par ailleurs, la tranche d'âge la plus contaminée.

Enfin, la Région bruxelloise compte actuellement 110 patients aux soins intensifs soit 11 de plus qu'il y a sept jours. Cela équivaut à un taux d'occupation de 41%. Toutefois, cette proportion est sous-estimée par rapport au nombre de lits réellement disponibles. Celui-ci est en baisse en raison d'un manque de personnel.

"Bien que ces chiffres semblent indiquer un pic de la quatrième vague, nous sommes inquiets de la propagation du variant Omicron qui pourrait faire repartir les contaminations à la hausse", a toutefois précisé Inge Neven. "Nous nous attendons à ce que, d'ici la fin de l'année, environ 50% des contaminations soient le fait de ce variant."

La quatrième vague de la pandémie de coronavirus semble avoir atteint son pic en Région bruxelloise, a indiqué mardi Inge Neven, la responsable covid de la Commission communautaire commune (Cocom), lors d'un point presse en ligne sur la situation sanitaire dans la capitale. Elle a toutefois lancé un appel à la prudence par rapport à l'augmentation des cas d'infection au variant Omicron.Le taux de reproduction (Rt) du virus a chuté à 0,93 à Bruxelles, lorsque cet indicateur se situe en dessous de 1 cela signifie que l'épidémie tend à ralentir. Il y a une semaine, ce taux s'établissait encore à 1,13. Le taux d'incidence, lui, atteint 1.505 pour 100.000 habitants sur 14 jours, soit une légère augmentation. Le nombre de tests PCR effectués avoisine les 10.200 par jour pour un taux de positivité de 13,8%, ce qui représente une augmentation de 0,7% par rapport à la semaine précédente. Les 30-49 ans constituent, par ailleurs, la tranche d'âge la plus contaminée. Enfin, la Région bruxelloise compte actuellement 110 patients aux soins intensifs soit 11 de plus qu'il y a sept jours. Cela équivaut à un taux d'occupation de 41%. Toutefois, cette proportion est sous-estimée par rapport au nombre de lits réellement disponibles. Celui-ci est en baisse en raison d'un manque de personnel. "Bien que ces chiffres semblent indiquer un pic de la quatrième vague, nous sommes inquiets de la propagation du variant Omicron qui pourrait faire repartir les contaminations à la hausse", a toutefois précisé Inge Neven. "Nous nous attendons à ce que, d'ici la fin de l'année, environ 50% des contaminations soient le fait de ce variant."