De par son ampleur, ce procès est sans équivalent depuis celui de la bande à Baader il y a 36 ans. La principale accusée, Beate Zschäpe, 38 ans, qui encourt une lourde peine de prison, doit répondre de sa participation présumée à neuf meurtres xénophobes, plus celui d'une policière en 2007. Elle est également soupçonnée d'être impliquée dans deux attentats contre des communautés étrangères et 15 braquages de banque, selon l'acte d'accusation. Ses deux acolytes, Uwe Böhnhardt, 34 ans, et Uwe Mundlos, 38 ans, les meurtriers présumés, se sont donné la mort le 4 novembre 2011. Tous trois formaient la cellule néonazie Clandestinité national-socialiste (NSU). Quatre personnes, soupçonnées de leur avoir fourni une aide logistique, se tiendront aussi sur le banc des accusés. Au moins 77 personnes se sont portées partie civile, assistées par une cinquantaine d'avocats. Six cents témoins seront appelés à la barre. Le procès pourrait durer deux ans et demi. (Belga)

De par son ampleur, ce procès est sans équivalent depuis celui de la bande à Baader il y a 36 ans. La principale accusée, Beate Zschäpe, 38 ans, qui encourt une lourde peine de prison, doit répondre de sa participation présumée à neuf meurtres xénophobes, plus celui d'une policière en 2007. Elle est également soupçonnée d'être impliquée dans deux attentats contre des communautés étrangères et 15 braquages de banque, selon l'acte d'accusation. Ses deux acolytes, Uwe Böhnhardt, 34 ans, et Uwe Mundlos, 38 ans, les meurtriers présumés, se sont donné la mort le 4 novembre 2011. Tous trois formaient la cellule néonazie Clandestinité national-socialiste (NSU). Quatre personnes, soupçonnées de leur avoir fourni une aide logistique, se tiendront aussi sur le banc des accusés. Au moins 77 personnes se sont portées partie civile, assistées par une cinquantaine d'avocats. Six cents témoins seront appelés à la barre. Le procès pourrait durer deux ans et demi. (Belga)