La Belgique est un des pays les plus protégés d'un point de vue légal (loi anti-discrimination, mariage homosexuel...) et il y a une relative acceptation de l'homosexualité par les institutions (plan national contre les violences homophobes) et les médias", constate Edouard Delruelle, directeur adjoint du CECLR. Pour ce dernier, l'homophobie est toujours persistante en Belgique, dans un pays traditionnellement catholique mais également dans les populations immigrées pour des raisons religieuses. "Malheureusement, les mentalités évoluent nettement moins rapidement que les lois", souligne Alliage. Cette dernière rappelle que l'homophobie se déroule dans de nombreux domaines (scolaire, familial, professionnel, social, sportif, ...). Le CECLR constate que si les discriminations (emploi, logement, ...) tendent à diminuer, les discours de haine sont en augmentation, notamment sur internet et les réseaux sociaux, ainsi que les délits et crimes de haine. Ihsane Jarfi et Jacques Konik ont été tués en 2012, victimes probablement de leur orientation sexuelle. La journée internationale de lutte contre l'homophobie a lieu chaque année le 17 mai, en référence au 17 mai 1990, date à laquelle l'OMS a retiré l'homosexualité de la liste des maladies mentales. L'occasion pour les associations de souligner que "le cadre législatif n'est pas suffisant et qu'il faut sensibiliser le public à la réalité vécue par les personnes LGBT face à des paroles et des actes dont il ne perçoit pas toujours les conséquences". Alliage distribuera vendredi, entre 7h et 9h, aux navetteurs à la gare des Guillemins des pin's avec un coq wallon au panache arc-en-ciel. Un court-métrage intitulé "love is love" sera diffusé en juin sur les télévisions locales et sera également disponible en DVD. (Belga)

La Belgique est un des pays les plus protégés d'un point de vue légal (loi anti-discrimination, mariage homosexuel...) et il y a une relative acceptation de l'homosexualité par les institutions (plan national contre les violences homophobes) et les médias", constate Edouard Delruelle, directeur adjoint du CECLR. Pour ce dernier, l'homophobie est toujours persistante en Belgique, dans un pays traditionnellement catholique mais également dans les populations immigrées pour des raisons religieuses. "Malheureusement, les mentalités évoluent nettement moins rapidement que les lois", souligne Alliage. Cette dernière rappelle que l'homophobie se déroule dans de nombreux domaines (scolaire, familial, professionnel, social, sportif, ...). Le CECLR constate que si les discriminations (emploi, logement, ...) tendent à diminuer, les discours de haine sont en augmentation, notamment sur internet et les réseaux sociaux, ainsi que les délits et crimes de haine. Ihsane Jarfi et Jacques Konik ont été tués en 2012, victimes probablement de leur orientation sexuelle. La journée internationale de lutte contre l'homophobie a lieu chaque année le 17 mai, en référence au 17 mai 1990, date à laquelle l'OMS a retiré l'homosexualité de la liste des maladies mentales. L'occasion pour les associations de souligner que "le cadre législatif n'est pas suffisant et qu'il faut sensibiliser le public à la réalité vécue par les personnes LGBT face à des paroles et des actes dont il ne perçoit pas toujours les conséquences". Alliage distribuera vendredi, entre 7h et 9h, aux navetteurs à la gare des Guillemins des pin's avec un coq wallon au panache arc-en-ciel. Un court-métrage intitulé "love is love" sera diffusé en juin sur les télévisions locales et sera également disponible en DVD. (Belga)