"Cet usage s'est intensifié dans toutes les régions (...) dépassant dans certains pays le taux de consommation des drogues illicites", relève dans son rapport annuel l'OICS, une agence dépendant de l'ONU basée à Vienne. L'OICS explique notamment cette évolution "par l'idée erronée que ces derniers sont moins susceptibles d'abus que les drogues illicites". Le continent nord-américain est particulièrement touché, et les femmes sont généralement plus concernées que les hommes. L'institution invite les Etats à réduire l'offre disponible de ces médicaments et à sensibiliser le public, au moyen par exemple de journées de reprise des médicaments sur ordonnance. D'après l'OICS, ces initiatives ont permis de retirer aux Etats-Unis plus de 1.700 tonnes de médicaments de la circulation depuis 2010. (Belga)

"Cet usage s'est intensifié dans toutes les régions (...) dépassant dans certains pays le taux de consommation des drogues illicites", relève dans son rapport annuel l'OICS, une agence dépendant de l'ONU basée à Vienne. L'OICS explique notamment cette évolution "par l'idée erronée que ces derniers sont moins susceptibles d'abus que les drogues illicites". Le continent nord-américain est particulièrement touché, et les femmes sont généralement plus concernées que les hommes. L'institution invite les Etats à réduire l'offre disponible de ces médicaments et à sensibiliser le public, au moyen par exemple de journées de reprise des médicaments sur ordonnance. D'après l'OICS, ces initiatives ont permis de retirer aux Etats-Unis plus de 1.700 tonnes de médicaments de la circulation depuis 2010. (Belga)