Selon une procédure souvent employée en matière de régulation, les mesures envisagées recevront à partir de jeudi les commentaires des personnes le souhaitant, avant une validation des règles qui devraient entrer en application cet été. Le régulateur propose notamment d'interdire la construction ou l'exploitation de centrales au-dessus d'une faille géologique potentiellement active, une notion qui va être corrigée pour englober les failles dont on considère qu'elles ont bougé dans les 400.000 dernières années au lieu des 130.000 dernières. L'autorité veut aussi exiger que les centrales du même type que celle ravagée soient équipées de systèmes de ventilation dotés de filtres, ce qui n'est pour le moment pas le cas de nombreux réacteurs à eau bouillante (REB) de l'archipel. Un système de ventilation permet d'empêcher l'accumulation d'une pression excessive dans l'enceinte de confinement, donc d'éviter les explosions. Le document précise aussi l'exigence de moyens de garantir une poursuite des fonctions de refroidissement des réacteurs et piscines de désactivation du combustible, même en cas de très grave accident. Ces propositions de standards plus sévères, éventuellement enrichies après analyse des commentaires reçus, entreront en application cet été. D'ici là, il n'y a aucune chance que redémarre un quelconque des 48 réacteurs stoppés sur les 50 que compte l'archipel. Les évaluations de sûreté, qui seront effectuées par l'autorité sur la base des nouveaux critères, exigeront en outre du temps, de même que les probables travaux de mise en conformité. (Belga)

Selon une procédure souvent employée en matière de régulation, les mesures envisagées recevront à partir de jeudi les commentaires des personnes le souhaitant, avant une validation des règles qui devraient entrer en application cet été. Le régulateur propose notamment d'interdire la construction ou l'exploitation de centrales au-dessus d'une faille géologique potentiellement active, une notion qui va être corrigée pour englober les failles dont on considère qu'elles ont bougé dans les 400.000 dernières années au lieu des 130.000 dernières. L'autorité veut aussi exiger que les centrales du même type que celle ravagée soient équipées de systèmes de ventilation dotés de filtres, ce qui n'est pour le moment pas le cas de nombreux réacteurs à eau bouillante (REB) de l'archipel. Un système de ventilation permet d'empêcher l'accumulation d'une pression excessive dans l'enceinte de confinement, donc d'éviter les explosions. Le document précise aussi l'exigence de moyens de garantir une poursuite des fonctions de refroidissement des réacteurs et piscines de désactivation du combustible, même en cas de très grave accident. Ces propositions de standards plus sévères, éventuellement enrichies après analyse des commentaires reçus, entreront en application cet été. D'ici là, il n'y a aucune chance que redémarre un quelconque des 48 réacteurs stoppés sur les 50 que compte l'archipel. Les évaluations de sûreté, qui seront effectuées par l'autorité sur la base des nouveaux critères, exigeront en outre du temps, de même que les probables travaux de mise en conformité. (Belga)