Les soldats ont été tués dans les environs de Fallouja, à 60 km à l'ouest de Bagdad, et de Ramadi, 50 km plus à l'ouest, ont précisé ces responsables, en faisant aussi état de la mort de deux hommes des tribus alliés à l'armée. Les forces de sécurité avaient auparavant annoncé la mort de 55 combattants d'Al-Qaïda samedi autour de ces villes. Les combats ont été déclenchés lundi par le démantèlement d'un camp de protestataires anti-gouvernementaux dans la province d'Al-Anbar, bastion sunnite hostile au Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite accusé d'accaparer le pouvoir et de marginaliser les sunnites. Le commandant des forces terrestres irakiennes, le général Ali Ghaidan Majeed, a expliqué à l'AFP que la police et des membres de tribus avaient entrepris de chasser les insurgés de Ramadi, avec le soutien de l'armée, et que les autorités travaillaient à "résoudre la situation à Fallouja". M. Maliki a pour sa part promis de vaincre "tous les groupes terroristes" dans la province d'Al-Anbar. Après l'invasion américaine en 2003, Fallouja et Ramadi ont été des bastions de l'insurrection. Et c'est à Anbar que l'armée américaine a compté près d'un tiers de ses pertes en Irak, selon le site indépendant icasualties.org. (Belga)

Les soldats ont été tués dans les environs de Fallouja, à 60 km à l'ouest de Bagdad, et de Ramadi, 50 km plus à l'ouest, ont précisé ces responsables, en faisant aussi état de la mort de deux hommes des tribus alliés à l'armée. Les forces de sécurité avaient auparavant annoncé la mort de 55 combattants d'Al-Qaïda samedi autour de ces villes. Les combats ont été déclenchés lundi par le démantèlement d'un camp de protestataires anti-gouvernementaux dans la province d'Al-Anbar, bastion sunnite hostile au Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite accusé d'accaparer le pouvoir et de marginaliser les sunnites. Le commandant des forces terrestres irakiennes, le général Ali Ghaidan Majeed, a expliqué à l'AFP que la police et des membres de tribus avaient entrepris de chasser les insurgés de Ramadi, avec le soutien de l'armée, et que les autorités travaillaient à "résoudre la situation à Fallouja". M. Maliki a pour sa part promis de vaincre "tous les groupes terroristes" dans la province d'Al-Anbar. Après l'invasion américaine en 2003, Fallouja et Ramadi ont été des bastions de l'insurrection. Et c'est à Anbar que l'armée américaine a compté près d'un tiers de ses pertes en Irak, selon le site indépendant icasualties.org. (Belga)