Comme toute entreprise, YouTube n'est pas à l'abri des polémiques. En effet, la plateforme de vidéo a été entachée par une affaire concernant un réseau de pédophilie. Des consommateurs malintentionnés parvenaient à se transmettre, via des commentaires, des vidéos, pourtant tout à fait innocentes, mettant en scène des enfants (petites-filles qui font de la gymnastique ou du yoga, par exemple). L'algorithme proposait ensuite à ces utilisateurs d'autres vidéos du même type. En réaction, YouTube a effacé les commentaires sur des millions de vidéos montrant des mineurs. Des comptes et chaînes ont également été supprimés.

YouTube a également été critiqué pour mettre trop facilement en avant des vidéos mensongères ou au contenu douteux qui enracinent les théories conspirationnistes dans l'inconscient collectif. La firme a directement fait en sorte que ces vidéos aient moins de visibilité.

Malgré ces premières mesures d'urgence, la nécessité de réformer le système de recommandation des vidéos se faisait toujours sentir. Sur son blog, YouTube a communiqué une révision de son système. Trois changements sont à prévoir pour que le consommateur ait plus de contrôle sur les vidéos apparaissant sur la page d'accueil et dans l'onglet "à suivre".

Tout d'abord, l'utilisateur aura la possibilité d'indiquer à la plateforme de ne plus recommander une vidéo d'une chaîne spécifique grâce au menu "trois petits points" en dessous de celle-ci. Il peut ensuite sélectionner "pas intéressé" ou "ne pas recommander la chaîne". Cette fonctionnalité est déjà disponible pour tous les consommateurs des systèmes d'exploitation Android (Google) et iOS (Apple). Les vidéos peuvent toujours être retrouvées sur la chaîne en question (soit en s'y abonnant, soit en la consultant simplement) ou dans l'onglet "tendance" si la vidéo s'y trouve.

Ensuite, YouTube veut faciliter la chercher de sujets et de vidéos qui y sont liées via des suggestions personnalisées en fonction des vidéos regardées et des autres vidéos d'une chaîne regardée (ou d'une autre chaîne susceptible d'intéresser l'utilisateur). Cette fonctionnalité est en cours de déploiement et n'est disponible pour l'instant que pour les utilisateurs anglophones d'Android.

Enfin, YouTube veut mieux expliquer aux consommateurs pourquoi une vidéo apparaît sur la page d'accueil grâce à une petite boîte à informations. Cette boîte existe seulement s'il s'agit d'une vidéo regardée/aimée par un autre consommateur ayant des intérêts similaires. Pour l'instant, la fonctionnalité n'est disponible que pour le système d'exploitation iOS. À côté de cela, le consommateur a désormais l'occasion de personnaliser ses centres d'intérêt en choisissant des thèmes (cuisine, DIY, gaming, ...) présents sur le dessus de la page d'accueil.

Ces nouvelles fonctionnalités sont toujours en cours d'élaboration et arriveront bientôt sur la version web de YouTube.

iStock
© iStock

Comment fonctionne l'algorithme YouTube ?

YouTube privilégie les vidéos ayant une miniature attrayante, un titre accrocheur et qui sont reliées à des tags optimisés et des mots-clés pertinents. Le site met également en avant les chaînes qui ont un grand nombre d'abonnés (plus de 200 000). Néanmoins, de plus petites chaînes qui publient fréquemment (2 à 3 vidéos par semaine) ont plus de chance d'être relayées par l'algorithme. Le watch-time rentre à nouveau en compte : une chaîne qui comptabilise un visionnage global élevé obtient plus de visibilité.

Pour le consommateur, l'algorithme YouTube prend en compte toutes ses activités (mention j'aime/je n'aime pas, abonnements, vidéos visionnées, commentaires, ...) pour proposer un contenu le plus pertinent possible en fonction de ses centres d'intérêt. Cependant, le système peut parfois se montrer défaillant et propose des vidéos dont les sujets sont trop éloignés des préférences de l'utilisateur.

Loreline Dubuisson

Comme toute entreprise, YouTube n'est pas à l'abri des polémiques. En effet, la plateforme de vidéo a été entachée par une affaire concernant un réseau de pédophilie. Des consommateurs malintentionnés parvenaient à se transmettre, via des commentaires, des vidéos, pourtant tout à fait innocentes, mettant en scène des enfants (petites-filles qui font de la gymnastique ou du yoga, par exemple). L'algorithme proposait ensuite à ces utilisateurs d'autres vidéos du même type. En réaction, YouTube a effacé les commentaires sur des millions de vidéos montrant des mineurs. Des comptes et chaînes ont également été supprimés.YouTube a également été critiqué pour mettre trop facilement en avant des vidéos mensongères ou au contenu douteux qui enracinent les théories conspirationnistes dans l'inconscient collectif. La firme a directement fait en sorte que ces vidéos aient moins de visibilité.Malgré ces premières mesures d'urgence, la nécessité de réformer le système de recommandation des vidéos se faisait toujours sentir. Sur son blog, YouTube a communiqué une révision de son système. Trois changements sont à prévoir pour que le consommateur ait plus de contrôle sur les vidéos apparaissant sur la page d'accueil et dans l'onglet "à suivre".Tout d'abord, l'utilisateur aura la possibilité d'indiquer à la plateforme de ne plus recommander une vidéo d'une chaîne spécifique grâce au menu "trois petits points" en dessous de celle-ci. Il peut ensuite sélectionner "pas intéressé" ou "ne pas recommander la chaîne". Cette fonctionnalité est déjà disponible pour tous les consommateurs des systèmes d'exploitation Android (Google) et iOS (Apple). Les vidéos peuvent toujours être retrouvées sur la chaîne en question (soit en s'y abonnant, soit en la consultant simplement) ou dans l'onglet "tendance" si la vidéo s'y trouve.Ensuite, YouTube veut faciliter la chercher de sujets et de vidéos qui y sont liées via des suggestions personnalisées en fonction des vidéos regardées et des autres vidéos d'une chaîne regardée (ou d'une autre chaîne susceptible d'intéresser l'utilisateur). Cette fonctionnalité est en cours de déploiement et n'est disponible pour l'instant que pour les utilisateurs anglophones d'Android.Enfin, YouTube veut mieux expliquer aux consommateurs pourquoi une vidéo apparaît sur la page d'accueil grâce à une petite boîte à informations. Cette boîte existe seulement s'il s'agit d'une vidéo regardée/aimée par un autre consommateur ayant des intérêts similaires. Pour l'instant, la fonctionnalité n'est disponible que pour le système d'exploitation iOS. À côté de cela, le consommateur a désormais l'occasion de personnaliser ses centres d'intérêt en choisissant des thèmes (cuisine, DIY, gaming, ...) présents sur le dessus de la page d'accueil.Ces nouvelles fonctionnalités sont toujours en cours d'élaboration et arriveront bientôt sur la version web de YouTube.Comment fonctionne l'algorithme YouTube ?YouTube privilégie les vidéos ayant une miniature attrayante, un titre accrocheur et qui sont reliées à des tags optimisés et des mots-clés pertinents. Le site met également en avant les chaînes qui ont un grand nombre d'abonnés (plus de 200 000). Néanmoins, de plus petites chaînes qui publient fréquemment (2 à 3 vidéos par semaine) ont plus de chance d'être relayées par l'algorithme. Le watch-time rentre à nouveau en compte : une chaîne qui comptabilise un visionnage global élevé obtient plus de visibilité.Pour le consommateur, l'algorithme YouTube prend en compte toutes ses activités (mention j'aime/je n'aime pas, abonnements, vidéos visionnées, commentaires, ...) pour proposer un contenu le plus pertinent possible en fonction de ses centres d'intérêt. Cependant, le système peut parfois se montrer défaillant et propose des vidéos dont les sujets sont trop éloignés des préférences de l'utilisateur.Loreline Dubuisson