Le président américain Donald Trump a par ailleurs laissé entendre à des journalistes, depuis la Maison Blanche, que Téhéran pourrait avoir arraisonné un second navire.

"Il pourrait y en avoir un, il pourrait y en avoir deux", a-t-il déclaré, sans davantage de précision.

Selon la chaîne CNN, citant un responsable américain, l'Iran a arraisonné un second pétrolier britannique battant pavillon libérien, le MV Mesdar.

M. Trump a assuré que les Etats-Unis "échangeront" et "travailleront avec le Royaume-Uni" au sujet du pétrolier britannique.

"C'est la seconde fois en un peu plus d'une semaine seulement que le Royaume-Uni est pris pour cible par la surenchère de la violence du régime iranien", avait indiqué plus tôt Garett Marquis, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, dans un communiqué.

"Les Etats-Unis continueront à travailler avec leurs alliés et partenaires pour défendre leur sécurité et leurs intérêts face au comportement néfaste de l'Iran", avait-il insisté.

Londres "extrêmement préoccupé"

Londres se dit "extrêmement préoccupé" par "la saisie inacceptable" de "deux navires" par l'Iran dans le Détroit d'Ormuz.

Le président américain Donald Trump a par ailleurs laissé entendre à des journalistes, depuis la Maison Blanche, que Téhéran pourrait avoir arraisonné un second navire. "Il pourrait y en avoir un, il pourrait y en avoir deux", a-t-il déclaré, sans davantage de précision.Selon la chaîne CNN, citant un responsable américain, l'Iran a arraisonné un second pétrolier britannique battant pavillon libérien, le MV Mesdar.M. Trump a assuré que les Etats-Unis "échangeront" et "travailleront avec le Royaume-Uni" au sujet du pétrolier britannique."C'est la seconde fois en un peu plus d'une semaine seulement que le Royaume-Uni est pris pour cible par la surenchère de la violence du régime iranien", avait indiqué plus tôt Garett Marquis, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, dans un communiqué."Les Etats-Unis continueront à travailler avec leurs alliés et partenaires pour défendre leur sécurité et leurs intérêts face au comportement néfaste de l'Iran", avait-il insisté.