"Nous encouragerons davantage de pays à suivre la voie des Emirats, de Bahreïn et du Maroc", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, lors de cette réunion virtuelle avec ses homologues de l'Etat hébreu, des Emirats arabes unis et du Maroc. "Nous voulons élargir le cercle de la diplomatie pacifique. C'est dans l'intérêt des pays de la région et du monde qu'Israël soit traité comme tous les autres pays", a-t-il insisté. "La normalisation va apporter davantage de stabilité", a-t-il plaidé, estimant que les "accords d'Abraham" avaient bénéficié aux populations de la région.

Le 15 septembre 2020, les Emirats et Bahreïn étaient devenus les premiers pays du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël. Le Maroc et le Soudan avaient ensuite fait de même.

Après son arrivée au pouvoir, le gouvernement démocrate du président Biden, qui veut pourtant afficher une rupture avec l'ère Trump, a dit approuver ces accords, considérés comme un des principaux succès diplomatiques de son prédécesseur républicain.

- Question palestinienne -

"Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation", a confirmé Antony Blinken.

Après les Emirats et Bahreïn, les yeux ont un temps été rivés sur l'Arabie saoudite, première puissance économique arabe, terre des lieux les plus saints de l'islam et proche partenaire des Etats-Unis. Mais Ryad a rejeté toute normalisation sans un règlement de la question palestinienne.

Au cours d'échanges qui se voulaient très chaleureux entre les nouveaux partenaires, le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a annoncé qu'il se rendrait à Bahreïn d'ici la fin du mois, pour la première visite à ce niveau d'un chef de la diplomatie israélienne. Il s'est déjà rendu dans les deux autres pays arabes.

"Ce club des accords d'Abraham est ouvert à de nouveaux membres", a lancé le dirigeant centriste, confirmant lui aussi que le nouveau gouvernement israélien s'inscrivait, dans ce domaine, dans les pas de l'ex-Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu. "L'un de nos objectifs communs est de faire en sorte que d'autres pays suivent notre exemple et nous rejoignent dans ces accords et dans cette nouvelle ère de coopération et d'amitié", a-t-il ajouté.

Les détracteurs de la démarche de Donald Trump et de son gendre et conseiller Jared Kushner, architecte de cette stratégie, déploraient leur volonté de favoriser la réconciliation des pays arabes avec Israël au lieu de promouvoir la paix israélo-palestinienne.

Les trois ministres arabes ont appelé vendredi à des avancées vers la création d'un Etat palestinien, malgré un processus diplomatique au point mort. "Nous avons l'impression que les accords d'Abraham nous permettront d'assister davantage le processus de paix, pour aboutir à ce que nous considérons tous comme étant l'objectif final, une solution à deux Etats", a dit Anouar Gargash, un haut responsable émirati.

Mardi, la diplomatie américaine avait aussi dit espérer que ce nouvel état d'esprit dans la région permettrait de "faire des progrès concrets vers l'objectif de promouvoir une paix négociée entre Israéliens et Palestiniens".

"Nous encouragerons davantage de pays à suivre la voie des Emirats, de Bahreïn et du Maroc", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, lors de cette réunion virtuelle avec ses homologues de l'Etat hébreu, des Emirats arabes unis et du Maroc. "Nous voulons élargir le cercle de la diplomatie pacifique. C'est dans l'intérêt des pays de la région et du monde qu'Israël soit traité comme tous les autres pays", a-t-il insisté. "La normalisation va apporter davantage de stabilité", a-t-il plaidé, estimant que les "accords d'Abraham" avaient bénéficié aux populations de la région.Le 15 septembre 2020, les Emirats et Bahreïn étaient devenus les premiers pays du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël. Le Maroc et le Soudan avaient ensuite fait de même.Après son arrivée au pouvoir, le gouvernement démocrate du président Biden, qui veut pourtant afficher une rupture avec l'ère Trump, a dit approuver ces accords, considérés comme un des principaux succès diplomatiques de son prédécesseur républicain.- Question palestinienne -"Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation", a confirmé Antony Blinken.Après les Emirats et Bahreïn, les yeux ont un temps été rivés sur l'Arabie saoudite, première puissance économique arabe, terre des lieux les plus saints de l'islam et proche partenaire des Etats-Unis. Mais Ryad a rejeté toute normalisation sans un règlement de la question palestinienne.Au cours d'échanges qui se voulaient très chaleureux entre les nouveaux partenaires, le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a annoncé qu'il se rendrait à Bahreïn d'ici la fin du mois, pour la première visite à ce niveau d'un chef de la diplomatie israélienne. Il s'est déjà rendu dans les deux autres pays arabes."Ce club des accords d'Abraham est ouvert à de nouveaux membres", a lancé le dirigeant centriste, confirmant lui aussi que le nouveau gouvernement israélien s'inscrivait, dans ce domaine, dans les pas de l'ex-Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu. "L'un de nos objectifs communs est de faire en sorte que d'autres pays suivent notre exemple et nous rejoignent dans ces accords et dans cette nouvelle ère de coopération et d'amitié", a-t-il ajouté.Les détracteurs de la démarche de Donald Trump et de son gendre et conseiller Jared Kushner, architecte de cette stratégie, déploraient leur volonté de favoriser la réconciliation des pays arabes avec Israël au lieu de promouvoir la paix israélo-palestinienne.Les trois ministres arabes ont appelé vendredi à des avancées vers la création d'un Etat palestinien, malgré un processus diplomatique au point mort. "Nous avons l'impression que les accords d'Abraham nous permettront d'assister davantage le processus de paix, pour aboutir à ce que nous considérons tous comme étant l'objectif final, une solution à deux Etats", a dit Anouar Gargash, un haut responsable émirati.Mardi, la diplomatie américaine avait aussi dit espérer que ce nouvel état d'esprit dans la région permettrait de "faire des progrès concrets vers l'objectif de promouvoir une paix négociée entre Israéliens et Palestiniens".