Un présentateur vedette de la chaîne préférée des conservateurs américains, Fox News, a été invité mardi à témoigner auprès de la commission qui enquête sur l'assaut du Capitole, en raison de sa proximité avec l'ancien président Donald Trump.

Sean Hannity, star des médias conservateurs et invité régulier des meetings de Donald Trump, intéresse les élus de cette enquête parlementaire en raison de ses "dizaines de SMS" envoyés au milliardaire républicain et à son entourage dans les jours précédant et suivant l'invasion du Congrès américain.

Lors de cette froide journée d'hiver, des milliers de partisans de Donald Trump avaient envahi le siège du Congrès américain pour tenter d'empêcher les élus de certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle. "Je suis très inquiet au sujet des prochaines 48 heures", écrit M. Hannity dans un des SMS, adressé le 5 janvier, la veille de l'attaque.

Près d'un an jour pour jour après l'attaque du Congrès, les deux élus à la tête d'une investigation parlementaire ont adressé un courrier invitant Sean Hannity à coopérer. "Pourquoi étiez-vous inquiet?", interrogent Bennie Thompson et Liz Cheney dans cette lettre. Ils l'invitent à répondre lors d'une audition de la commission. Cette commission dite "du 6 janvier", date de l'invasion du Capitole, compte profiter de l'élan autour de l'anniversaire de cet assaut pour faire montrer la pression dans le camp Trump.

L'affrontement à distance avec Joe Biden n'aura pas lieu: l'ancien président Donald Trump a fait volte-face mardi et renonce à donner une conférence de presse jeudi, un an exactement après l'assaut du Capitole par ses partisans.

Un présentateur vedette de la chaîne préférée des conservateurs américains, Fox News, a été invité mardi à témoigner auprès de la commission qui enquête sur l'assaut du Capitole, en raison de sa proximité avec l'ancien président Donald Trump.Sean Hannity, star des médias conservateurs et invité régulier des meetings de Donald Trump, intéresse les élus de cette enquête parlementaire en raison de ses "dizaines de SMS" envoyés au milliardaire républicain et à son entourage dans les jours précédant et suivant l'invasion du Congrès américain. Lors de cette froide journée d'hiver, des milliers de partisans de Donald Trump avaient envahi le siège du Congrès américain pour tenter d'empêcher les élus de certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle. "Je suis très inquiet au sujet des prochaines 48 heures", écrit M. Hannity dans un des SMS, adressé le 5 janvier, la veille de l'attaque. Près d'un an jour pour jour après l'attaque du Congrès, les deux élus à la tête d'une investigation parlementaire ont adressé un courrier invitant Sean Hannity à coopérer. "Pourquoi étiez-vous inquiet?", interrogent Bennie Thompson et Liz Cheney dans cette lettre. Ils l'invitent à répondre lors d'une audition de la commission. Cette commission dite "du 6 janvier", date de l'invasion du Capitole, compte profiter de l'élan autour de l'anniversaire de cet assaut pour faire montrer la pression dans le camp Trump. L'affrontement à distance avec Joe Biden n'aura pas lieu: l'ancien président Donald Trump a fait volte-face mardi et renonce à donner une conférence de presse jeudi, un an exactement après l'assaut du Capitole par ses partisans.