Fin mai, cette organisation autrichienne avait mis en demeure 516 compagnies, leur laissant un mois pour se mettre en conformité. "Selon la loi, l'option 'oui/non' aux cookies doit clairement être proposée aux utilisateurs", expliquait alors Noyb (pour "None of your business": "ce ne sont pas vos affaires"). "Or il est souvent "extrêmement compliqué de cliquer sur autre chose que le bouton 'accepter'". Des "améliorations" ont depuis été constatées, souligne l'ONG dans un communiqué, notant que près de la moitié des irrégularités constatées avaient été corrigées. De nombreux sites ont ainsi ajouté un bouton "rejeter" ou ont cessé d'utiliser des couleurs différentes, une astuce qui incitait l'internaute à cliquer sur le bouton "accepter".

"De grands noms comme Seat, Mastercard ou Nikon ont instantanément changé leurs pratiques", se félicite Max Schrems, responsable de Noyb connu pour avoir remporté une série de victoires juridiques sur la protection des données personnelles.

Toutefois, la situation est encore loin d'être idéale, selon l'ONG, qui a donc décidé de porter en justice 422 affaires, au niveau des autorités nationales compétentes quand c'était possible et autrichiennes pour le reste.

"Principal obstacle", la plupart des sites rechignent à donner aux internautes la possibilité de revenir facilement sur leur choix. Les militants pointent également les géants du numérique comme Google ou Facebook, qui refusent d'obtempérer alors que les "cookies" leur permettent de personnaliser les publicités en fonction des goûts et habitudes des consommateurs. Contre ces plateformes de plus grande importance, 36 procédures supplémentaires ont été lancées.

Noyb veut passer au peigne fin "jusqu'à 10.000 sites" au cours des prochains mois, dans l'espoir de mettre fin à cette "terreur" des bandeaux à cookies, qui va à l'encontre du règlement européen sur les données personnelles (RGPD), entré en vigueur en 2018.

Des statistiques publiées en mai montrent que seulement 3% des internautes sont réellement prêts à accepter les cookies, mais que plus de 90% sont poussés à dire oui faute de pouvoir aisément les rejeter.

Fin mai, cette organisation autrichienne avait mis en demeure 516 compagnies, leur laissant un mois pour se mettre en conformité. "Selon la loi, l'option 'oui/non' aux cookies doit clairement être proposée aux utilisateurs", expliquait alors Noyb (pour "None of your business": "ce ne sont pas vos affaires"). "Or il est souvent "extrêmement compliqué de cliquer sur autre chose que le bouton 'accepter'". Des "améliorations" ont depuis été constatées, souligne l'ONG dans un communiqué, notant que près de la moitié des irrégularités constatées avaient été corrigées. De nombreux sites ont ainsi ajouté un bouton "rejeter" ou ont cessé d'utiliser des couleurs différentes, une astuce qui incitait l'internaute à cliquer sur le bouton "accepter"."De grands noms comme Seat, Mastercard ou Nikon ont instantanément changé leurs pratiques", se félicite Max Schrems, responsable de Noyb connu pour avoir remporté une série de victoires juridiques sur la protection des données personnelles.Toutefois, la situation est encore loin d'être idéale, selon l'ONG, qui a donc décidé de porter en justice 422 affaires, au niveau des autorités nationales compétentes quand c'était possible et autrichiennes pour le reste."Principal obstacle", la plupart des sites rechignent à donner aux internautes la possibilité de revenir facilement sur leur choix. Les militants pointent également les géants du numérique comme Google ou Facebook, qui refusent d'obtempérer alors que les "cookies" leur permettent de personnaliser les publicités en fonction des goûts et habitudes des consommateurs. Contre ces plateformes de plus grande importance, 36 procédures supplémentaires ont été lancées.Noyb veut passer au peigne fin "jusqu'à 10.000 sites" au cours des prochains mois, dans l'espoir de mettre fin à cette "terreur" des bandeaux à cookies, qui va à l'encontre du règlement européen sur les données personnelles (RGPD), entré en vigueur en 2018.Des statistiques publiées en mai montrent que seulement 3% des internautes sont réellement prêts à accepter les cookies, mais que plus de 90% sont poussés à dire oui faute de pouvoir aisément les rejeter.