Mme Dick, 56 ans, succède à Bernard Hogan-Howe. Après une longue carrière à Scotland Yard, elle avait quitté la police il y a deux ans pour prendre un poste au ministère des Affaires étrangères.

"Cressida Dick est une cheffe exceptionnelle et elle a une vision claire pour l'avenir de la police métropolitaine", a déclaré la ministre de l'Intérieur Amber Rudd. "Elle occupe désormais l'un des postes les plus exigeants et les plus importants au sein des services de la police britannique dans un contexte d'alerte terroriste accrue et de menaces croissantes qu'il s'agisse de fraude ou de cybercriminalité", a-t-elle ajouté.

En 2005, Cressida Dick était la commissaire en charge de l'opération de police qui avait conduit à la mort du Brésilien Jean Charles de Menezes. Pris par erreur pour un kamikaze en fuite, le jeune Brésilien avait été abattu de sept balles dans la tête par des policiers, le 22 juillet 2005 dans le sud de Londres.

Ils l'avaient confondu avec Hussain Osman, l'un des hommes qui avaient tenté sans succès de se faire exploser lors d'une tentative d'attentat survenue le jour précédent.

La bavure intervenait deux semaines après une série d'attentats suicide dans les transports publics de la capitale qui avaient fait 56 morts.

Lors de l'enquête judiciaire en octobre 2008, Cressida Dick avait déclaré au bord des larmes que la mort du jeune Brésilien de 27 ans avait été "une tragédie, une horrible tragédie". "M. de Menezes a été la victime de circonstances terribles et extraordinaires", avait-elle déclaré.

En mars 2016, la Cour européenne des droits de l'Homme a conclu qu'il n'y avait pas eu de déficiences dans l'enquête sur la mort du jeune homme.

La famille du jeune homme contestait le traitement judiciaire de cette bavure: aucun policier n'a fait l'objet de poursuites pénales individuelles, le parquet ayant considéré que les preuves manquaient pour engager de telles procédures.

La famille du Brésilien a néanmoins écrit au maire de Londres Sadiq Khan pour appeler à ce que Cressida Dick ne soit pas nommée cheffe de la police.

Mercredi, Sadiq Khan a affirmé qu'il s'agissait d'un "jour historique pour Londres et d'un jour de fierté pour (lui) en tant que maire".

Mme Dick, 56 ans, succède à Bernard Hogan-Howe. Après une longue carrière à Scotland Yard, elle avait quitté la police il y a deux ans pour prendre un poste au ministère des Affaires étrangères. "Cressida Dick est une cheffe exceptionnelle et elle a une vision claire pour l'avenir de la police métropolitaine", a déclaré la ministre de l'Intérieur Amber Rudd. "Elle occupe désormais l'un des postes les plus exigeants et les plus importants au sein des services de la police britannique dans un contexte d'alerte terroriste accrue et de menaces croissantes qu'il s'agisse de fraude ou de cybercriminalité", a-t-elle ajouté. En 2005, Cressida Dick était la commissaire en charge de l'opération de police qui avait conduit à la mort du Brésilien Jean Charles de Menezes. Pris par erreur pour un kamikaze en fuite, le jeune Brésilien avait été abattu de sept balles dans la tête par des policiers, le 22 juillet 2005 dans le sud de Londres. Ils l'avaient confondu avec Hussain Osman, l'un des hommes qui avaient tenté sans succès de se faire exploser lors d'une tentative d'attentat survenue le jour précédent. La bavure intervenait deux semaines après une série d'attentats suicide dans les transports publics de la capitale qui avaient fait 56 morts. Lors de l'enquête judiciaire en octobre 2008, Cressida Dick avait déclaré au bord des larmes que la mort du jeune Brésilien de 27 ans avait été "une tragédie, une horrible tragédie". "M. de Menezes a été la victime de circonstances terribles et extraordinaires", avait-elle déclaré. En mars 2016, la Cour européenne des droits de l'Homme a conclu qu'il n'y avait pas eu de déficiences dans l'enquête sur la mort du jeune homme. La famille du jeune homme contestait le traitement judiciaire de cette bavure: aucun policier n'a fait l'objet de poursuites pénales individuelles, le parquet ayant considéré que les preuves manquaient pour engager de telles procédures. La famille du Brésilien a néanmoins écrit au maire de Londres Sadiq Khan pour appeler à ce que Cressida Dick ne soit pas nommée cheffe de la police. Mercredi, Sadiq Khan a affirmé qu'il s'agissait d'un "jour historique pour Londres et d'un jour de fierté pour (lui) en tant que maire".