Le mémo de cet avocat, John Eastman, fait deux pages. Bob Woodward et Robert Costa se le sont procuré.Il prévoyait de faire annuler les résultats dans sept Etats, ce qui aurait donné l'opportunité à Mike Pence de nommer Trump vainqueur. Pour ce faire l'avocat a essayé de convaincre les sénateurs de ces Etats, dont le républicain Mike Lee qui représente l'Utah, qu'une fraude éléctorale avait eu lieu. Rudy Giuliani, l'avocat principal de Trump, a également essayé de convaincre Lindsey Graham, le sénateur de Caroline du Sud, qu'il y avait eu fraude électorale.

Sans ces sept Etats, aucun des deux candidats n'aurait eu la majorité, c'est-à-dire plus que 270 voix du Collège Electoral (232 pour Trump, 222 pour Biden). Le vote aurait alors dû être porté devant la Chambre des représentants. Chaque Etat y possède une voix, et les Républicains sont légèrement majoritaires. Ils auraient alors pu voter pour le président sortant, le reconduisant dans sa fonction.

Voilà l'ultime étape du plan. Il suffisait juste de convaincre Mike Pence de déclarer ce résultat devant le Congrès, lors du Comptage des Voix du Collège Electoral. A ne pas considérer les sept Etats où selon les avocats il y avait eu fraude, déclarer qu'aucun des candidats n'obtenait les 270 votes et les renvoyer devant la Chambre des représentants.

Le livre révèle que Trump et Eastman ont rencontré Pence le 4 janvier, dans le bureau ovale. Mais ce dernier a refusé, car il n'estimait pas que la Constitution lui donnait ce pouvoir.

Dès les élections, Trump a toujours refusé de reconnaître sa défaite. Son équipe juridique a tenté à de nombreuses reprises des recours pour annuler des résultats, mais sans succès. Le 6 janvier, des militants pro-Trump ont envahi le Capitole, ou réside le Parlement. Le Comité restreint enquête actuellement sur le rôle de Trump dans cette manifestation violente, et ce mémo pourrait jouer en sa défaveur.

Le mémo de cet avocat, John Eastman, fait deux pages. Bob Woodward et Robert Costa se le sont procuré.Il prévoyait de faire annuler les résultats dans sept Etats, ce qui aurait donné l'opportunité à Mike Pence de nommer Trump vainqueur. Pour ce faire l'avocat a essayé de convaincre les sénateurs de ces Etats, dont le républicain Mike Lee qui représente l'Utah, qu'une fraude éléctorale avait eu lieu. Rudy Giuliani, l'avocat principal de Trump, a également essayé de convaincre Lindsey Graham, le sénateur de Caroline du Sud, qu'il y avait eu fraude électorale.Sans ces sept Etats, aucun des deux candidats n'aurait eu la majorité, c'est-à-dire plus que 270 voix du Collège Electoral (232 pour Trump, 222 pour Biden). Le vote aurait alors dû être porté devant la Chambre des représentants. Chaque Etat y possède une voix, et les Républicains sont légèrement majoritaires. Ils auraient alors pu voter pour le président sortant, le reconduisant dans sa fonction.Voilà l'ultime étape du plan. Il suffisait juste de convaincre Mike Pence de déclarer ce résultat devant le Congrès, lors du Comptage des Voix du Collège Electoral. A ne pas considérer les sept Etats où selon les avocats il y avait eu fraude, déclarer qu'aucun des candidats n'obtenait les 270 votes et les renvoyer devant la Chambre des représentants.Le livre révèle que Trump et Eastman ont rencontré Pence le 4 janvier, dans le bureau ovale. Mais ce dernier a refusé, car il n'estimait pas que la Constitution lui donnait ce pouvoir.Dès les élections, Trump a toujours refusé de reconnaître sa défaite. Son équipe juridique a tenté à de nombreuses reprises des recours pour annuler des résultats, mais sans succès. Le 6 janvier, des militants pro-Trump ont envahi le Capitole, ou réside le Parlement. Le Comité restreint enquête actuellement sur le rôle de Trump dans cette manifestation violente, et ce mémo pourrait jouer en sa défaveur.