"Ce jour représente la liberté", a lancé l'élue démocrate de la Chambre des représentants Sheila Jackson Lee, l'une des parlementaires qui ont porté le projet de loi pour faire de "Juneteenth" --contraction de juin et 19 en anglais-- un jour férié.

La Chambre a définitivement adopté ce texte par 415 voix contre 14, avec le soutien des chefs démocrates et républicains. La veille, il avait été approuvé à l'unanimité au Sénat.

Devant la photo ancienne d'un homme noir au dos lacéré, Sheila Jackson Lee, une élue afro-américaine, a parlé dans l'hémicycle du "long voyage" parcouru jusqu'à ce vote. "Mais nous sommes ici aujourd'hui, libres de voter en faveur de Juneteenth comme fête nationale de l'indépendance, un jour férié fédéral pour l'Amérique", a-t-elle dit.

"Reconnaître et apprendre des erreurs passées est essentiel pour avancer", a écrit le sénateur républicain John Cornyn, qui avait porté avec elle ce projet de loi.

Ces deux parlementaires représentent le Texas au Congrès. C'est dans ce vaste Etat que les derniers esclaves avaient appris, le 19 juin 1865, qu'ils étaient désormais libres.

Le président Abraham Lincoln avait en réalité libéré les esclaves de leur servitude deux ans et demi auparavant, en signant le 1er janvier 1863 la Proclamation d'émancipation. Mais pendant la guerre de Sécession américaine (1861-1865), l'esclavage avait perduré dans les Etats confédérés sudistes.

Le chef de l'armée confédérée Robert Lee avait signé sa reddition le 9 avril 1865. Et il avait fallu plus de deux mois pour que la nouvelle arrive jusqu'à la petite ville texane de Galveston, le 19 juin.

Le "Juneteenth" était déjà férié dans certains Etats américains, dont le Texas, mais il n'avait pas jusqu'ici été marqué par une date fédérale.

Les appels pour en faire un jour férié avaient redoublé après le meurtre de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier blanc le 25 mai 2020.

Cette date du 19 juin "nous rappelle une histoire entachée de brutalité et d'injustice, et elle nous rappelle la responsabilité que nous avons de construire un avenir de progrès pour tous, qui honore l'idéal d'égalité" des Etats-Unis, a déclaré la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi.

"Ce jour représente la liberté", a lancé l'élue démocrate de la Chambre des représentants Sheila Jackson Lee, l'une des parlementaires qui ont porté le projet de loi pour faire de "Juneteenth" --contraction de juin et 19 en anglais-- un jour férié. La Chambre a définitivement adopté ce texte par 415 voix contre 14, avec le soutien des chefs démocrates et républicains. La veille, il avait été approuvé à l'unanimité au Sénat. Devant la photo ancienne d'un homme noir au dos lacéré, Sheila Jackson Lee, une élue afro-américaine, a parlé dans l'hémicycle du "long voyage" parcouru jusqu'à ce vote. "Mais nous sommes ici aujourd'hui, libres de voter en faveur de Juneteenth comme fête nationale de l'indépendance, un jour férié fédéral pour l'Amérique", a-t-elle dit. "Reconnaître et apprendre des erreurs passées est essentiel pour avancer", a écrit le sénateur républicain John Cornyn, qui avait porté avec elle ce projet de loi. Ces deux parlementaires représentent le Texas au Congrès. C'est dans ce vaste Etat que les derniers esclaves avaient appris, le 19 juin 1865, qu'ils étaient désormais libres. Le président Abraham Lincoln avait en réalité libéré les esclaves de leur servitude deux ans et demi auparavant, en signant le 1er janvier 1863 la Proclamation d'émancipation. Mais pendant la guerre de Sécession américaine (1861-1865), l'esclavage avait perduré dans les Etats confédérés sudistes. Le chef de l'armée confédérée Robert Lee avait signé sa reddition le 9 avril 1865. Et il avait fallu plus de deux mois pour que la nouvelle arrive jusqu'à la petite ville texane de Galveston, le 19 juin. Le "Juneteenth" était déjà férié dans certains Etats américains, dont le Texas, mais il n'avait pas jusqu'ici été marqué par une date fédérale.Les appels pour en faire un jour férié avaient redoublé après le meurtre de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier blanc le 25 mai 2020. Cette date du 19 juin "nous rappelle une histoire entachée de brutalité et d'injustice, et elle nous rappelle la responsabilité que nous avons de construire un avenir de progrès pour tous, qui honore l'idéal d'égalité" des Etats-Unis, a déclaré la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi.