Après une longue et dure campagne présidentielle, Donald Trump a remporté les élections américaines. Pourtant, il n'est pas encore tout à fait certain qu'il devienne le prochain président des États-Unis. Pour remporter les élections présidentielles, il faut remporter des états, et les Grands Électeurs qui vont de pair. Celui qui obtient le plus de Grands Électeurs gagne : c'est finalement eux qui décident au sein du collège électoral qui devient président.

En principe, les Grands Électeurs élus ne sont pas obligés de voter pour le candidat qui l'emporte dans tous les états. Autrement dit, le collège électoral peut décider ce qu'il veut, même s'il est rare que les Grands Électeurs ne votent pas en fonction de la préférence des électeurs dans leur état natal.

Pourtant, c'est exactement ce que veut faire le républicain Christopher Suprun. Dans une opinion publiée par le quotidien The New York Times, il écrit que "Donald Trump n'a pas l'attitude et l'expérience en politique étrangère nécessaires pour devenir commandant en chef". Le collège électoral "doit déterminer si les candidats sont aptes ou démagogues, ou s'ils résistent à l'influence étrangère. Trump démontre à chaque fois qu'il n'atteint pas ses standards. Vu ses déclarations publiques, il n'est pas clair comment le collège électoral peut ignorer ces questions. Il doit donc de toute façon les rejeter", écrit le républicain.

"L'élection de Trump n'est pas un fait accompli"

Suprun appelle également les autres républicains à suivre son exemple. "L'élection du prochain président n'est pas encore un fait accompli", écrit-il. "Les Grands Électeurs dotés d'une conscience peuvent toujours faire ce qui est bien pour notre pays. Ils ont le droit et le devoir constitutionnel de suivre leur conscience."

"Tous les jours, je vois Trump échouer à unir l'Amérique, et semer la discorde entre nous. Il n'encourage pas la discussion civilisée, mais choisit de semer la peur et la colère."

La première fois depuis 2004

Ce serait la première fois depuis 2004 qu'un électeur ne vote pas pour le gagnant des élections dans son état natal. Quoi qu'il en soit, Suprun ne peut faire la différence, car Donald Trump possède une avance considérable au Collège électoral : 306 Grands Électeurs, contre les 232 d'Hillary Clinton même si cette dernière a obtenu plus de voix dans tout le pays- à peu près 1,3 million de plus, selon le site américain Politico.

Après une longue et dure campagne présidentielle, Donald Trump a remporté les élections américaines. Pourtant, il n'est pas encore tout à fait certain qu'il devienne le prochain président des États-Unis. Pour remporter les élections présidentielles, il faut remporter des états, et les Grands Électeurs qui vont de pair. Celui qui obtient le plus de Grands Électeurs gagne : c'est finalement eux qui décident au sein du collège électoral qui devient président.En principe, les Grands Électeurs élus ne sont pas obligés de voter pour le candidat qui l'emporte dans tous les états. Autrement dit, le collège électoral peut décider ce qu'il veut, même s'il est rare que les Grands Électeurs ne votent pas en fonction de la préférence des électeurs dans leur état natal. Pourtant, c'est exactement ce que veut faire le républicain Christopher Suprun. Dans une opinion publiée par le quotidien The New York Times, il écrit que "Donald Trump n'a pas l'attitude et l'expérience en politique étrangère nécessaires pour devenir commandant en chef". Le collège électoral "doit déterminer si les candidats sont aptes ou démagogues, ou s'ils résistent à l'influence étrangère. Trump démontre à chaque fois qu'il n'atteint pas ses standards. Vu ses déclarations publiques, il n'est pas clair comment le collège électoral peut ignorer ces questions. Il doit donc de toute façon les rejeter", écrit le républicain."L'élection de Trump n'est pas un fait accompli"Suprun appelle également les autres républicains à suivre son exemple. "L'élection du prochain président n'est pas encore un fait accompli", écrit-il. "Les Grands Électeurs dotés d'une conscience peuvent toujours faire ce qui est bien pour notre pays. Ils ont le droit et le devoir constitutionnel de suivre leur conscience.""Tous les jours, je vois Trump échouer à unir l'Amérique, et semer la discorde entre nous. Il n'encourage pas la discussion civilisée, mais choisit de semer la peur et la colère."La première fois depuis 2004Ce serait la première fois depuis 2004 qu'un électeur ne vote pas pour le gagnant des élections dans son état natal. Quoi qu'il en soit, Suprun ne peut faire la différence, car Donald Trump possède une avance considérable au Collège électoral : 306 Grands Électeurs, contre les 232 d'Hillary Clinton même si cette dernière a obtenu plus de voix dans tout le pays- à peu près 1,3 million de plus, selon le site américain Politico.