Selon l'ONG américaine, les cadavres sont ceux d'agents irakiens qui ont été exécutés durant leur détention. Au vu de l'état de décomposition des corps, HRW estime que leur décès remonte à une période de trois semaines avant la découverte du charnier, le 7 novembre. Celui-ci est situé à Hammam al-Alil, une ville proche du fief de l'EI encerclé par l'armée irakienne et ses alliés.

Les corps étaient pieds et poings liés, et les victimes portaient un bandeau sur les yeux. Lors de l'offensive pour la reprise de Mossoul, l'armée irakienne avait découvert le charnier et fait état d'une centaine de corps décapités.

Un officier a par ailleurs rapporté jeudi que 31 civils avaient été tués par des frappes de l'EI visant un quartier de Mossoul à peine repris par l'armée.

Selon l'ONG américaine, les cadavres sont ceux d'agents irakiens qui ont été exécutés durant leur détention. Au vu de l'état de décomposition des corps, HRW estime que leur décès remonte à une période de trois semaines avant la découverte du charnier, le 7 novembre. Celui-ci est situé à Hammam al-Alil, une ville proche du fief de l'EI encerclé par l'armée irakienne et ses alliés. Les corps étaient pieds et poings liés, et les victimes portaient un bandeau sur les yeux. Lors de l'offensive pour la reprise de Mossoul, l'armée irakienne avait découvert le charnier et fait état d'une centaine de corps décapités.Un officier a par ailleurs rapporté jeudi que 31 civils avaient été tués par des frappes de l'EI visant un quartier de Mossoul à peine repris par l'armée.