En marge du G20 de Buenos Aires, les présidents français et russe ont eu une rencontre bilatérale d'une vingtaine de minutes au cours de laquelle ils ont parlé notamment de l'Ukraine, le Français reprenant les demandes européennes d'une "désescalade".

"Poutine a sorti une feuille blanche et dessiné la mer, le détroit, et entrepris d'expliquer au président le parcours ukrainien dans les eaux neutres puis territoriales. Il a expliqué par où ils étaient passés. Il a pris le temps d'expliquer sa version des faits, ce qui a duré une bonne dizaine de minutes", a raconté une conseillère.

"Le président de la République a dit qu'il fallait entrer dans une phase de désescalade" et demandé "que des gestes nécessaires soient faits" pour y parvenir, selon l'Elysée.

En fin d'entretien, ils ont aussi eu un échange sur la sécurité et "le contrôle des armements en Europe", a ajouté la même source sans autre détail. Il n'ont en revanche parlé ni de l'affaire Khashoggi, ni du climat.

En marge du G20 de Buenos Aires, les présidents français et russe ont eu une rencontre bilatérale d'une vingtaine de minutes au cours de laquelle ils ont parlé notamment de l'Ukraine, le Français reprenant les demandes européennes d'une "désescalade". "Poutine a sorti une feuille blanche et dessiné la mer, le détroit, et entrepris d'expliquer au président le parcours ukrainien dans les eaux neutres puis territoriales. Il a expliqué par où ils étaient passés. Il a pris le temps d'expliquer sa version des faits, ce qui a duré une bonne dizaine de minutes", a raconté une conseillère."Le président de la République a dit qu'il fallait entrer dans une phase de désescalade" et demandé "que des gestes nécessaires soient faits" pour y parvenir, selon l'Elysée. En fin d'entretien, ils ont aussi eu un échange sur la sécurité et "le contrôle des armements en Europe", a ajouté la même source sans autre détail. Il n'ont en revanche parlé ni de l'affaire Khashoggi, ni du climat.