"Ce sont les mêmes agents qui ont pris l'Assemblée de Crimée. Nous l'avons établi par leurs communications", a ajouté Vitali Naïda dans des déclarations à la presse. Il a assuré "qu'environ 40 membres des services russes et leurs collaborateurs", ressortissants russes comme ukrainiens, avaient été arrêtés depuis le début des soulèvements séparatistes dans l'Est de l'Ukraine le 6 avril.

"Les actions de diversion dans l'Est de l'Ukraine sont dirigées par des officiers du service central des renseignements de l'état-major des forces armées russes", a poursuivi le porte-parole, reprenant une accusation déjà formulée par des responsables ukrainiens. Les agents russes sont chargés de "créer une déstabilisation maximale" en territoire ukrainien.

Depuis une dizaine de jours des manifestants pro-russes, ainsi que des groupes armés sans insigne bien organisés et armés, ont occupé des bâtiments publics dans plus d'une demi-douzaine de villes de l'Est russophone de l'Ukraine, rappelant le scénario qui s'était déroulé en Crimée avant le rattachement de cette péninsule ukrainienne de la mer Noire à la Russie en mars.

"Ce sont les mêmes agents qui ont pris l'Assemblée de Crimée. Nous l'avons établi par leurs communications", a ajouté Vitali Naïda dans des déclarations à la presse. Il a assuré "qu'environ 40 membres des services russes et leurs collaborateurs", ressortissants russes comme ukrainiens, avaient été arrêtés depuis le début des soulèvements séparatistes dans l'Est de l'Ukraine le 6 avril. "Les actions de diversion dans l'Est de l'Ukraine sont dirigées par des officiers du service central des renseignements de l'état-major des forces armées russes", a poursuivi le porte-parole, reprenant une accusation déjà formulée par des responsables ukrainiens. Les agents russes sont chargés de "créer une déstabilisation maximale" en territoire ukrainien. Depuis une dizaine de jours des manifestants pro-russes, ainsi que des groupes armés sans insigne bien organisés et armés, ont occupé des bâtiments publics dans plus d'une demi-douzaine de villes de l'Est russophone de l'Ukraine, rappelant le scénario qui s'était déroulé en Crimée avant le rattachement de cette péninsule ukrainienne de la mer Noire à la Russie en mars.