Les pays européens ont vivement critiqué l'opération lancée mercredi par la Turquie dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde, les YPG, considérée comme terroriste par Ankara mais soutenue par les Occidentaux, car elle constitue le fer de lance de la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique (EI). OTAN et ONU ont aussi marqué leur désapprobation. Pourtant, à part quelques menaces, rien de concret. Et cet apathisme de façade a ses raisons.
...