L'Amérique se fait mal voir partout dans le monde", soupire Ivo Daalder. "Tout le monde s'étonne de la mauvaise gestion de la crise du coronavirus. Le pays n'a pas montré la moindre intention de coopérer avec d'autres pays. La manière dont il a imposé une interdiction d'entrée sur son territoire sans consultation et a raflé l'aide médicale destinée à d'autres pays est un véritable honte. Le monde ne se tourne plus vers l'Amérique pour obtenir des réponses."
...

L'Amérique se fait mal voir partout dans le monde", soupire Ivo Daalder. "Tout le monde s'étonne de la mauvaise gestion de la crise du coronavirus. Le pays n'a pas montré la moindre intention de coopérer avec d'autres pays. La manière dont il a imposé une interdiction d'entrée sur son territoire sans consultation et a raflé l'aide médicale destinée à d'autres pays est un véritable honte. Le monde ne se tourne plus vers l'Amérique pour obtenir des réponses."Le fait que l'approche diffère d'un État à l'autre est inévitable, estime Daalder : "C'est un phénomène typique des systèmes fédéraux". Pourtant, il critique le "manque total de leadership" du gouvernement américain. Donald Trump, comme d'autres dirigeants, a sous-estimé le danger de ce virus. Il n'a toujours pas réalisé qu'il s'agit d'une crise d'ampleur mondiale, où il est normal que le niveau fédéral soit au premier plan. C'est assez curieux, car il a déjà qualifié la bataille contre le virus de guerre - et il refuse tout de même de prendre les commandes. C'est comme si Franklin Roosevelt avait dit, le 7 décembre 1941, qu'Hawaii n'avait qu'à se défendre contre le Japon et que le niveau fédéral lui viendrait en aide si nécessaire.Pourquoi les États ne pourraient-ils pas prendre de mesures contre le virus ?La situation actuelle conduit la Californie, New York et l'Illinois à s'affronter pour acheter des masques buccaux, des gants et des respirateurs. Cela rend le matériel plus rare et plus cher, et ralentit la distribution. Une loi datant de la guerre de Corée (1950-1953) permet à Washington de contrôler la production et la distribution de matériaux essentiels, mais Trump ne veut pas de cela. Le problème est encore plus grand : même le matériel médical acheté au niveau fédéral est distribué par des centres de distribution privés. Ils négocient avec les États, les villes et les hôpitaux pour savoir qui obtient quoi. Par conséquent, la distribution se fait en fonction de la personne qui est dans la meilleure situation financière et non en fonction des besoins. Cela rend la réponse à cette crise lente et inefficace.Comment expliquez-vous l'attitude de Trump ?C'est d'abord une question d'idéologie : depuis les années 1960, les républicains se méfient du gouvernement fédéral et font tout leur possible pour maintenir un maximum de politique au niveau des États. Il y a aussi l'incompétence, car personne à Washington ne parvient à faire changer d'avis un président qui ne veut pas écouter les experts. Troisièmement, il y a un calcul politique en jeu. À la Maison-Blanche, ils sont convaincus : si Washington prend la responsabilité de lutter contre cette pandémie, elle sera jugée en cas d'échec.Êtes-vous surpris que l'agence gouvernementale américaine chargée de la lutte contre les épidémies, le Centres for Disease Control (CDC), s'en soit si mal sorti?Mi-janvier, l'Allemagne avait un test en quatre jours. Il n'y a aucune raison que l'Amérique ne puisse pas le faire, mais il faut alors une coordination entre le gouvernement, l'industrie et le secteur privé. Le CDC et la Maison-Blanche ont échoué.Il semble que le gouvernement fédéral américain ne puisse plus faire face à un tel état d'urgence.Ces dernières décennies, un consensus s'est dégagé en Amérique sur le fait que le gouvernement n'est pas la solution, mais le problème. Cela a été vrai non seulement pour les présidents républicains Ronald Reagan, George Bush père et George Bush fils, mais aussi pour les démocrates Bill Clinton et Barack Obama. Même lorsque de nombreux démocrates estimaient que le gouvernement pouvait faire beaucoup plus, ils ne se sont jamais écartés de l'idée qu'il fallait réglementer le moins possible le marché libre et le secteur privé. Cette idée fait maintenant l'objet de débats.Quel est l'impact de cette crise sur la prospérité de l'Américain moyen ?Le filet de sécurité sociale est incroyablement petit. Lorsque quelque chose tourne mal comme aujourd'hui - 17 millions de chômeurs supplémentaires en trois semaines - le système n'est pas assez fort pour aider les gens. De plus, cette crise exacerbe les inégalités. Les soins de santé et l'approvisionnement alimentaire sont extrêmement faibles dans les quartiers les plus pauvres. 40 % des Américains n'ont pas assez d'économies pour payer une dépense imprévue de 400 dollars. C'est précisément cette partie de la population qui supporte les plus lourdes conséquences de la crise : les chauffeurs de bus, les vendeurs, les infirmières. Ils ne peuvent pas se permettre de s'isoler chez eux, comme la partie la plus riche de la population.Pensez-vous que l'Amérique va virer à gauche?Même avant la crise du coronavirus, le Parti démocrate était plus à gauche qu'au cours des décennies précédentes. Même Joe Biden, qui est considéré comme un candidat du centre, est beaucoup plus à gauche qu'Obama en ce qui concerne les soins de santé et l'éducation. Cette crise fait le jeu des démocrates. S'ils remportent les élections du 3 novembre, la voie est ouverte pour une politique progressiste. Mais cela ne réussira que si tout le monde peut aller voter. Et les républicains du Congrès, de la Maison-Blanche et de la Cour suprême feront tout leur possible pour rendre le vote plus difficile. Parce que, comme Trump l'a lui-même admis : les républicains sont une minorité en Amérique.Comment Joe Biden s'en sort-il dans cette crise ?Il ne peut pas mener beaucoup d'opposition. La crise éclipse la campagne électorale. Si Biden devient président, ce ne sera pas parce qu'il est brillant. Tout comme il est devenu le candidat démocrate à la présidence parce que les électeurs le trouvaient moins pire que ses adversaires, de nombreuses personnes voteront pour lui en novembre parce que Trump a fait preuve d'une telle incompétence.Pensez-vous qu'il soit possible que le prochain président américain reprenne le rôle de leader mondial ?À cet égard, le prochain président ne peut que faire mieux. Quoi qu'il en soit, le successeur de Trump aura l'énorme tâche de rétablir la confiance. La question est de savoir si le reste du monde lui en donnera la possibilité.