"D'ici avril, ou au cours du mois d'avril, la chaleur en général tue ce genre de virus", a déclaré M. Trump depuis la Maison Blanche. "Ce serait une bonne chose".

La trajectoire de l'épidémie de 2019-nCoV pourrait être infléchie par l'arrivée du printemps et de l'été, mais les mesures d'endiguement du virus seront absolument déterminantes. A ce stade, l'épidémie continue de progresser, et les autorités sanitaires se gardent de dire que le "pic" est en vue, c'est-à-dire le moment où le nombre de transmissions commencera à baisser d'une semaine à l'autre.

"Nous ne savons pas", a répondu vendredi le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci, membre du groupe de travail présidentiel sur le virus, lorsqu'on lui a demandé quand l'épidémie commencerait à fléchir. "Tout type de prédiction serait malvenue car il reste énormément d'inconnues", a-t-il dit.

Le facteur clé sera le degré de transmission hors de Chine, et la capacité des autres pays à contenir l'épidémie.

Le locataire de la Maison Blanche a par ailleurs loué de nouveau lundi l'attitude de Pékin face à cette épidémie qui a fait plus de 900 morts. "Je pense qu'ils font du bon travail", a-t-il déclaré. "J'ai eu un long échange avec le président Xi (...) il est très confiant".

"D'ici avril, ou au cours du mois d'avril, la chaleur en général tue ce genre de virus", a déclaré M. Trump depuis la Maison Blanche. "Ce serait une bonne chose".La trajectoire de l'épidémie de 2019-nCoV pourrait être infléchie par l'arrivée du printemps et de l'été, mais les mesures d'endiguement du virus seront absolument déterminantes. A ce stade, l'épidémie continue de progresser, et les autorités sanitaires se gardent de dire que le "pic" est en vue, c'est-à-dire le moment où le nombre de transmissions commencera à baisser d'une semaine à l'autre."Nous ne savons pas", a répondu vendredi le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci, membre du groupe de travail présidentiel sur le virus, lorsqu'on lui a demandé quand l'épidémie commencerait à fléchir. "Tout type de prédiction serait malvenue car il reste énormément d'inconnues", a-t-il dit.Le facteur clé sera le degré de transmission hors de Chine, et la capacité des autres pays à contenir l'épidémie.Le locataire de la Maison Blanche a par ailleurs loué de nouveau lundi l'attitude de Pékin face à cette épidémie qui a fait plus de 900 morts. "Je pense qu'ils font du bon travail", a-t-il déclaré. "J'ai eu un long échange avec le président Xi (...) il est très confiant".