Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a mis en garde contre une escalade nucléaire dans la crise du Cachemire entre son pays et l'Inde. Devrions-nous nous inquiéter?

Sico van der Meer : Pour de nombreux experts, le Cachemire est toujours en tête des endroits les plus dangereux du monde. On parle de deux pays armés jusqu'aux dents dont les dirigeants ne cessent de se hurler dessus. Ce n'est pas un hasard si l'étude de cas la plus connue d'une guerre nucléaire limitée est basée sur un scénario "Inde contre Pakistan". Et "limité" est un terme relatif : en dehors de quelques centaines de millions de morts dans les deux pays, il y aurait deux milliards de morts dans le monde à cause de l'hiver nucléaire que causerait un tel affrontement.

Comment la situation peut-elle mal tourner ? Des dirigeants politiques piégés par leur surenchère verbale? Des militaires qui perdent leur sang-froid?

Il y a plusieurs façons. Récemment, de graves attentats ont été perpétrés contre des hôtels à Mumbai et contre le parlement indien à New Delhi. Selon l'Inde, ils ont été orchestrés par le Pakistan, qui a bien sûr nié toute implication. Une telle situation, avec des politiciens surchauffés poussés par des agendas nationaux, peut rapidement dégénérer. Mais le plus grand danger, bien sûr, reste l'escalade du conflit frontalier au Cachemire. Les Pakistanais possèdent également des armes nucléaires tactiques. Officiellement, ils ne l'admettent pas, mais selon des sources crédibles, ils ont remis ces armes aux commandants sur le terrain. Lorsqu'un conflit frontalier conventionnel éclate et que l'Inde traverse la frontière, un général peut lancer une petite bombe nucléaire contre une colonne de chars indiens pour arrêter l'invasion. C'est comme ça que ça pourrait commencer.

D'autres nouvelles nucléaires sont venues de Russie : en août, une grave contamination radioactive a été découverte au bord de la mer Blanche. La source était probablement un essai raté avec un missile de croisière révolutionnaire, le SSC-X-9 Skyfall. Une énième preuve de la nouvelle course aux armements nucléaires ?

Absolument. C'est un missile alimenté par un petit réacteur nucléaire. Il peut donc rester en l'air presque indéfiniment, à l'abri des systèmes antimissiles. C'était l'une des armes de science-fiction dont le président Vladimir Poutine s'est vanté lors d'une conférence de presse spectaculaire l'année dernière. Il a également parlé d'un drone sous-marin : il doit garantir aux Russes la capacité de contre-attaquer. Reste à savoir s'ils peuvent réellement développer ces armes. Bluffer sur sa capacité est un élément essentiel de toute course aux armements. Quoi qu'il en soit, l'accident de la mer Blanche prouve que les Russes font de gros efforts.

En attendant, les Américains ne restent pas les bras croisés non plus. Ils n'investissent pas seulement dans la modernisation de leur arsenal nucléaire, ils travaillent aussi sur de nouveaux systèmes. Des boucliers antimissiles, par exemple, et des armes hypersoniques.

Donald Trump, a préparé un plan pour injecter pas moins de 1 700 milliards de dollars dans l'armement nucléaire au cours des trente prochaines années. On dirait que la Guerre froide est tout à fait revenue.

C'est fou, non? "Tant qu'il y aura des armes nucléaires", a déclaré Trump, "j'en veux la majorité". Alors je me demande : cet homme réalise-t-il de quoi il parle ? Sait-il que les armes nucléaires ne sont pas des bombes lourdes ordinaires ? Il y a une différence avec la Guerre froide. Les dirigeants de l'époque savaient ce qu'ils contrôlaient, ils avaient connu Hiroshima ou avaient assisté à des essais en surface avec des bombes à hydrogène. Cette prise de conscience est beaucoup moins vivante de nos jours, sinon les politiciens n'adopteraient pas un ton aussi léger en parlant de l'"arme nucléaire". Ce n'est pas innocent - plus les menaces sont nombreuses, plus le risque d'escalade est grand. Un malentendu peut suffire. Pendant la guerre froide, nous avons été au bord d'une guerre nucléaire totale à plusieurs reprises.

En août, l'Amérique s'est retirée du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) sur les missiles à moyenne portée. New START, le traité qui limite le nombre de missiles intercontinentaux américains et russes, expire en 2021 et ne pourra être renouvelé. La maîtrise des armements est-elle dépassée ?

Heureusement, le Traité de non-prolifération (TNP), de loin le plus important de tous, demeure intact. Mais les négociations américano-russes sont dans une impasse. Pendant longtemps, les choses allaient dans la bonne direction. SALT, START I et II, SORT, New START : depuis les années 70, nous sommes passés progressivement d'un monde avec 70 000 armes nucléaires à un monde avec 14 000 armes nucléaires. Soit dit en passant, plus de 90% d'entre elles sont encore aux mains des Américains et des Russes. D'où l'importance de la maîtrise bilatérale des armements.

D'accord, les traités comme l'INF sont dépassés. Que signifient encore les limites de distance de 500 à 2000 kilomètres lorsque des missiles sont lancés à partir de sous-marins ou d'avions ? Et qu'en est-il du programme nucléaire chinois, qui n'est pas couvert par des accords bilatéraux ? Toutes ces critiques sont justifiées. L'essentiel, c'est qu'il n'y a plus de confiance entre les Américains et les Russes pour parler de maîtrise des armements. Il y a de nombreuses raisons à cela, tant intérieures que géopolitiques. La crise ukrainienne a gravement endommagé les relations. Mais les graines de la méfiance avaient déjà été semées, lors de l'élargissement à l'Est de l'OTAN. Les Russes y ont vu un parjure.

. © Knack

La Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne pourraient faire leur part en renvoyant les bombes nucléaires B61 en Amérique. Ce débat a repris dans notre pays avec l'achat d'avions de chasse F-35 équipés pour transporter des armes nucléaires tactiques. Quelle est votre position dans ce débat ?

Elle est nuancée. Le renvoyer est tout à fait possible, l'Espagne et la Grèce l'ont fait. Au niveau militaire, ces bombes sont inutiles. Politiquement et stratégiquement, c'est une autre histoire. Le retour unilatéral ne contribuera pas au désarmement mondial. Ces quelques douzaines d'armes nucléaires tactiques ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan.

Mon conseil aux pays concernés : coordonnez votre politique et utilisez ces armes comme levier pour encourager l'autre côté à une réduction. Hurler qu'ils doivent partir le plus tôt possible est risqué. Des pays comme la Pologne ou la Roumanie, où les sentiments anti-russes sont les plus vifs, pourraient bien réagir de manière alerte. "Venez ici avec les B61", diront-ils aux Américains. "Ensuite, vous obtenez l'effet inverse : plus les bombes sont proches de la frontière, plus les Russes auront peur à leur tour."

Daniel Ellsberg, ancien conseiller du Pentagone, décrit dans The Doomsday Machine ses expériences en tant que planificateur nucléaire dans les années 50 et 60, lorsqu'il a vécu la crise cubaine au premier rang. Selon lui, le danger d'une amnistie nucléaire n'a pas disparu, bien au contraire.

Malgré les limites du New START, les Américains et les Russes disposent toujours d'un arsenal impressionnant d'armes nucléaires au plus haut niveau de préparation - " en état d'alerte maximale". Ils sont si bien accordés qu'une attaque-surprise entrante est immédiatement suivie d'une contre-attaque. Le danger d'une machine apocalyptique, une arme de destruction complète, reste d'une actualité inquiétante.

Malgré le TNP, le petit club des puissances nucléaires se développe, la Corée du Nord en étant le dernier membre. Trump a-t-il une chance de convaincre Kim Jong-un du désarmement nucléaire unilatéral ?

Pourquoi Kim Jong-un serait-il d'accord? Les armes nucléaires sont l'assurance vie de son régime. Dans ce dossier, Trump se comporte comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il l'a d'abord traité de 'Rocket Man' et menacé de 'faire and fury'. Sincèrement, j'ai frémi à cette pensée. Bien sûr, la Corée du Nord ne fait pas le poids contre les Américains, même avec des armes conventionnelles, ces derniers gagneraient facilement. Mais une attaque américaine aurait entraîné des centaines de milliers de morts en Corée du Sud. Ce n'est pas pour rien qu'on qualifie Séoul "d'otage de la crise coréenne". Quand Trump a compris, il a radicalement changé de cap. Il a commencé à louer Kim Jong-un et à le traiter en égal. Sans résultat, d'ailleurs. La Corée du Nord n'a pas encore fait un pas de plus vers le désarmement nucléaire.

Entre-temps, le sinistre dirigeant d'un pays très pauvre, où les droits de l'homme sont bizarres, a été promu chef d'État respectable par le président des États-Unis en personne. Et pourquoi ? Parce qu'il a une poignée d'armes nucléaires. Cela peut constituer un précédent, surtout si l'on considère que les Nord-Coréens se sont retirés du TNP sous de faux prétextes. Impunément. Tandis que l'Iran, qui adhère au TNP, fait l'objet de mesures sévères. C'est un exemple clair de deux poids, deux mesures. À cet égard, Téhéran a raison.

Vous n'allez pas prétendre que les objectifs du programme nucléaire iranien sont purement pacifiques, non ?

(Sèchement) Ce n'est peut-être pas tout à fait clair, mais l'Agence internationale de l'énergie atomique est formelle : il n'y a aucune preuve de violation du TNP. L'Iran a décidé d'intensifier son programme d'enrichissement. Une provocation, mais même avec cela, le pays reste largement dans le cadre du TNP. Je ne vois pas non plus l'Iran sortir immédiatement du traité ; il n'a aucun intérêt à le faire.

L'Europe tente de sauver l'accord nucléaire conclu avec l'Iran en 2015. Réussira-t-elle?

Non, sans les Américains, il n'y a pas d'accord. L'Europe est impuissante face à Washington, qui impose des sanctions extraterritoriales aux entreprises étrangères en Iran. C'est du chantage, mais c'est efficace.

Il y a dix ans, le programme nucléaire iranien a été gravement touché par Stuxnet, un virus informatique qui a perturbé les centrifugeuses à uranium. Pour vous, c'était un jour mémorable: Stuxnet, généralement considéré comme une invention américano-israélienne, a jeté un pont entre vos deux domaines d'expertise.

(rires) N'oubliez pas la contribution néerlandaise ! Nous savons maintenant que c'est un agent néerlandais qui a placé le stick avec le virus. Il n'y a pas de quoi être fiers, car c'est un héritage douteux. Stuxnet a lancé une cyber-course mondiale menée par les grands pays. Bien sûr, il y a des bandes criminelles qui piratent pour leur propre profit, mais derrière toutes les cyberattaques majeures, il y a des gouvernements. Eux seuls ont les moyens et les effectifs pour lancer une telle attaque. Les investissements en cybercapacité sont énormes.

Selon votre collègue britannique David Futter, même les centres de contrôle des missiles nucléaires peuvent être piratés. Le général à la retraite de l'armée de l'air américaine James Cartwright n'exclut pas non plus un tel scénario. Partagez-vous cette inquiétude?

Je ne veux pas me précipiter. Même si les pirates parviennent à lancer un missile, cela ne conduira pas automatiquement à une explosion nucléaire. Pour cela, il faut préparer la bombe, avec des codes partagés entre les décideurs politiques et militaires.

Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les gens qui sont aux commandes. Les pirates informatiques qui introduisent des informations trompeuses dans les systèmes d'alerte précoce, c'est une pensée effrayante. Bien sûr, il existe toutes sortes de systèmes de vérification, mais le temps de réponse est court. Par conséquent, la pression pour agir dans ces centres de contrôle peut devenir malsaine.

J'ai déjà assisté à plusieurs conférences sur la sûreté nucléaire et les cybermenaces. Du côté des militaires et des officiels, on tient toujours un langage apaisant : "Nos systèmes sont immunisés, ils sont d'ailleurs complètement déconnectés d'Internet". Je suppose que oui, mais si les pirates piratent les caméras de surveillance ? Une telle base de missiles est pleine d'équipements produits ou installés par des sous-traitants. A l'abri des hackers ? Cela reste à voir.

La cyberguerre dans le monde conventionnel est moins hypothétique. En août, la filiale belge du fabricant de pièces d'avion Asco a été fermée pendant des semaines à la suite d'une attaque à coup de logiciels de rançon (ransomware). Les dégâts économiques se chiffrent en dizaines de millions d'euros. C'est en train de devenir normal?

Une blague circule parmi les experts. "Il existe deux types d'entreprises technologiques : les entreprises qui ont déjà été piratées et les entreprises qui ont déjà été piratées sans le savoir." La cybercriminalité est l'arme de destruction massive de notre temps, un instrument avec lequel vous pouvez disloquer des sociétés entières. Les sociétés fondées sur la connaissance telles que les Pays-Bas et la Belgique sont extrêmement vulnérables. Nous investissons dans la formation et la recherche depuis de nombreuses années, mais lorsque vient le temps d'en récolter les fruits, d'autres se les approprient. Cela coûte des emplois et des recettes fiscales, et à la longue, cela détruit une société.

Y a-t-il un côté positif? Peut-être que les cyber-armes rendent les armes nucléaires superflues ?

J'ai récemment écrit un rapport sur ce sujet. La cybermenace comme arme de destruction massive sans effets secondaires désagréables - comme l'hiver nucléaire, dont tout le monde, y compris l'utilisateur de l'arme, est victime. De ce point de vue, il est ironique que cette menace puisse conduire à un monde plus sûr. Mais je ne pense pas qu'elles vont supplanter complètement les armes nucléaires ? Ce sont précisément les conséquences horribles qui expliquent l'effet dissuasif. Les stratèges militaires n'abandonneront pas facilement.

Dernière question : pouvons-nous travailler avec Huawei pour déployer un réseau 5G ?

C'est une question délicate. Les Chinois ont une très mauvaise réputation. Trump a raison de se méfier. Mais en utilisant des considérations de sécurité dans sa guerre commerciale, il a pollué le débat. Nokia et Ericsson sont également dans la 5G. Des entreprises européennes, oui, mais avec des joint-ventures en Chine où un "grain de riz" avec des portes dérobées dans le réseau 5G est rapidement planté.