Anita, qui dort avec ses cinq enfants, sa grand-mère et ses deux frères dans son appartement d'une pièce, se réveille tous les matins à quatre heures pour être à l'heure pour son travail de nettoyage dans une école à Pretoria, en Afrique du Sud. Elle revient le soir pour cuisiner pour les enfants, mais après, elle ne peut pas se reposer. Elle doit se rendre au bar en plein air, le shisa nyama local, où elle danse sur des tables et espère trouver un homme qui voudra payer deux cents rands (douze euros) pour un moment avec elle.

À Abuja au Nigeria, après une journée de travail sur son stand du marché, Saratu vend également de l'intimité aux employés et commerçants des environs.

La même soirée attend Laura, étudiante à Lubumbashi, en République démocratique du Congo, ainsi que Lucy, cuisinière dans le village de Tororo en Ouganda et Nadifa, couturière dans la communauté somalienne à Eastleigh, à Nairobi. Elles ne peuvent tout simplement pas joindre les deux bouts sans recourir au travail du sexe, même si elles craignent les risques : des clients violents et encore plus le VIH/SIDA.

Les femmes mentionnées ci-dessus figurent dans un nouveau rapport de l'African Investigative Publishing Collective. Le rapport, basé sur un total de 226 entretiens dans sept pays africains, montre que près de deux tiers des femmes vivant sur ou sous le seuil de pauvreté travaillent dans le commerce du sexe pour se nourrir et nourrir leur famille. Pour l'interview, l'équipe de l'AIPC a approché des femmes vivant dans des communautés où le seuil de pauvreté est égal ou inférieur à 1,70 euro par jour. Elles vivent au Liberia, au Nigeria, en Ouganda, au Zimbabwe, en RDC, au Kenya et en Afrique du Sud. L'accent n'était pas mis sur les femmes des quartiers de prostitution ou des bordels, mais sur les femmes "ordinaires" ayant un "emploi de jour " : coiffeuses, épicières, femmes de ménage, couturières, serveuses et femmes au foyer.

Parmi celles qui doivent recourir au commerce du sexe en plus de leur travail quotidien, toutes ont peur de contracter le VIH/SIDA - une condamnation à mort pour les femmes qui ne peuvent pas se permettre un traitement antirétroviral coûteux - parce que les clients refusent d'utiliser le préservatif. Elles indiquent également qu'elles sont forcées de prendre ce risque pour se nourrir elles-mêmes, nourrir leurs enfants et, souvent, leurs parents âgés et malades.

La grande majorité d'entre elles souffrent également de sentiments de honte. "J'ai perdu mon âme. On se moque de moi. Je suis vidée", répondent un grand nombre d'entre elles. Seulement un tiers de toutes les femmes interrogées déclarent percevoir un revenu suffisant pour ne pas avoir à faire de commerce du sexe.

Toutes les femmes prostituées

"Ne vous y trompez pas, chaque femme ici est une prostituée", dit Emma, coiffeuse dans le bidonville de Kamwokya, Kampala, Ouganda. "Elles ne le diront pas, mais c'est le cas. Comment survivre autrement ? Le VIH tue en vingt ans, mais la faim en deux jours", murmurent les femmes entre elles. Le bidonville est plein de gens qui venaient autrefois des zones rurales de l'Ouganda, à la recherche d'une vie meilleure dans la ville. Mais alors que les hommes avaient dans leurs poches de l'argent provenant de terres qu'ils avaient vendues à la maison, les femmes, à cause des règles traditionnelles qui excluent les femmes de la propriété et de l'héritage de la terre, venaient les mains vides.

Rien qu'un fardeau supplémentaire. En arrivant dans la "grande ville", c'est à elles aussi d'envoyer de l'argent à la maison pour les parents âgés, les membres de la famille, malades ou non, et parfois les enfants qu'elles ont laissés derrière elles. Rester à la maison et continuer à cultiver n'est pas une solution : au Mali, où les hommes quittent les zones rurales et où les femmes et les enfants restent, les femmes ont aussi recours au commerce du sexe pour nourrir leur famille.

Le fardeau, où les femmes - les mères et, dans le cas des parents âgés, les filles aînées et les suivantes - semblent les seules responsables du bien-être de toute la famille, est mentionné par la plupart des personnes interrogées comme un facteur important dans leur décision de se livrer au commerce du sexe. Ironiquement, les femmes le cachent souvent à ces mêmes familles. Pour reprendre les mots de Timi, au Nigeria : "Ils pensent que mon échoppe de chaussures fait de bonnes affaires".

Aucune des femmes ne considère le travail du sexe comme un "travail ordinaire". "Ce n'est pas un travail ", dit Winnie, qui travaille avec Emma à Kamwokya. "C'est terrible".

Les étudiantes de l'Université de Lubumbashi, dans la province riche en minerais du Katanga, en République démocratique du Congo, sont tout à fait d'accord : elles ont hâte de décrocher leur diplôme pour ne plus avoir à servir leurs clients. Mais comme leurs pères fonctionnaires n'ont plus été payés depuis des mois, Laura sert les hommes dans les hôtels le soir en échange d'argent pour la nourriture, le transport et les frais universitaires, tandis que Juliette est entretenue par un sugar daddy: un riche douanier (les douaniers qui reçoivent régulièrement des cadeaux des contrebandiers figurent parmi les fonctionnaires les plus riches de RDC).

Les petites ruelles

Cependant, leurs espoirs d'obtenir un diplôme s'estompent de jour en jour. Laura est épuisée parce qu'elle doit servir de plus en plus de clients à cause de la hausse des prix des aliments, et le 'sugar daddy' de Juliette l'appelle à toute heure du jour ou de la nuit, ce qui signifie qu'elle manque des leçons et des examens. Elle doit ensuite coucher avec les enseignants pour pouvoir les rattraper.

De plus, il y a le risque de maladies, disent-elles, et elles ont aussi peur des "avortements à répétition" qu'elles doivent subir dans les ruelles de Lubumbashi. La planification familiale est tellement rejetée en RDC que même lorsque des pilules contraceptives sont disponibles, le risque que "quelqu'un les dénonce" empêche les filles de les demander dans les pharmacies et les cliniques. Par contre, il y a énormément d'avortements illégaux. De nombreuses personnes à Lubumbashi et ailleurs en République démocratique du Congo connaissent une fille enceinte qui n'est pas revenue d'un "traitement".

Rita, grand-mère et ancienne soldate de l'armée libérienne, a peur de ce qui pourrait arriver à sa petite-fille de 18 ans, Baby-girl, mais ne parvient pas à la tenir à l'écart des rues la nuit. "Je l'ai battue tellement de fois que je n'ai plus de force. Mais elle continue."

Plus tard dans la conversation, Rita admet qu'il n'y a souvent pas assez de nourriture à la maison et que le soir, elle ne peut souvent donner aux enfants que du jus de fruit et un sachet de poudre de réhydratation distribués un peu partout par les organisations humanitaires.

Selon une femme de Moutse, en Afrique du Sud, même dans les communautés très pauvres, les hommes semblent avoir de l'argent pour payer les services sexuels, alors que les femmes font le travail du sexe par manque d'argent: "Les hommes n'ont pas besoin de rester avec les enfants, ils ont donc de l'argent pour leurs insanités". A Moutse, on note également que les hommes ayant des enfants de femmes différentes perçoivent également l'allocation familiale (d'environ vingt-cinq euros par mois et par enfant) afin de s'en attribuer leur part.

Un panneau à Moutse en Afrique du Sud © AIPC

Les résultats de l'étude suggèrent qu'une mauvaise gouvernance, avec ses échecs dans les domaines des soins de santé, de l'éducation et des soins aux personnes âgées (par exemple, le Nigeria riche en pétrole dispose d'un régime national d'assurance maladie qui, après douze ans de mise en oeuvre, ne dessert encore que 1% de la population), est une cause majeure de la pauvreté extrême des femmes. La deuxième cause est le fait que très peu d'hommes se partagent le fardeau de s'occuper des enfants ou des familles, et puis il y a les règles traditionnelles qui disent que les femmes ne peuvent hériter de biens ou de terres. Ces traditions deviennent de plus en plus des pierres d'achoppement dans un contexte où les hommes ne jouent plus leurs rôles traditionnels de soutien de famille et de protecteurs. "Ils disent qu'ils sont encore de vrais hommes, mais ils sont devenus des versions perverses des hommes ", dit une femme de Moutse, qui blâme aussi la " douleur de l'apartheid " pour les traumatismes des communautés noires sud-africaines.

En même temps, de nombreuses femmes soulignent également que la mauvaise gouvernance joue également un rôle dans ces phénomènes. Par exemple, dans la plupart des pays, le rapport contient des lois contre les traditions hostiles à l'égard des femmes et pour l'obligation des pères (également) de subvenir aux besoins de leurs enfants, mais elles ne sont pas ou peu appliquées. La plupart des femmes blâment donc les "clowns du gouvernement", les "politiciens qui ne nous respectent pas" et les "gouvernements corrompus".

L'AIPC constate que si les centaines de millions dépensés par l'Europe et les différents pays européens pour lutter contre la pauvreté sur le continent africain, souvent en partenariat avec la Banque mondiale, n'atteignent pas les 226 femmes interrogées, c'est dû à la mauvaise gouvernance des gouvernements défaillants.

C'est la seule façon d'expliquer pourquoi les programmes pour lesquels il y a de l'argent ne sont tout simplement pas mis en oeuvre.

L'AIPC appelle les gouvernements occidentaux et les institutions mondiales et multilatérales à soutenir le fonctionnement des États et des systèmes judiciaires, plutôt que d'attendre de gouvernements incapables de faire bon usage de l'argent. Elle appelle également à un soutien accru aux organisations locales actives dans le domaine de la bonne gouvernance, telles que le renforcement du système fiscal, la surveillance de l'application des lois et le journalisme d'investigation.

Par Adie Vanessa Offiong (Nigéria), Patience Akumu (Ouganda), Muno Gedi (Kenya), Laurelle Mbaradza (Zimbabwe), Mae Azango (Libéria), Isabelle Ntanga Kabeya, Suzie Manyong Nawat et Eric Mwamba (République démocratique du Congo), David Dembélé (Mali) Precious Mbewu, Prudence Mbewu et Evelien Groenink (Afrique du Sud); (membres d'African Investigative Publishing Collective)

Ce rapport a été réalisé avec le soutien du Fonds Pascal Decroos pour le journalisme spécial dans la presse flamande. Renseignements : www.fondspascaldecroos.org

L'AIPC et le ZAM

L'African Investigative Publishing Collective (AIPC, www.investigativecollective.com) est un collectif de seize journalistes d'investigation de douze pays africains qui dénoncent l'injustice dans leurs sociétés et demandent des comptes aux autorités. Il a déjà publié le rapport 'Oligarques africains' sur les régimes kleptocrates, également traité par Knack.be et LeVif.be. Aux Pays-Bas, l'AIPC collabore avec ZAM, le magazine sur le renouveau africain. Pour cette enquête - menée principalement par des femmes membres de l'AIPC et des membres aspirants - des dizaines de femmes ont été interviewées dans sept pays, soit un total de 226 femmes. La deuxième partie, qui n'a été présentée qu'aux femmes qui avaient indiqué qu'elles avaient (devaient) avoir des rapports sexuels contre de l'argent, concerne les circonstances spécifiques et la manière dont elles gèrent la situation.