Un article de Quentin Müller et Sylvain Mercadier. Photos: Chloé Sharrock.
...

Depuis plus de trente ans, Mustafa Ahmed Ali vend des oiseaux d' élevage et sauvages sur le marché d'al-Amara. Cette ville du sud-est de l'Irak, située à 150 kilomètres au nord de la métropole Bassorah, non loin de l'Iran, est proche des Ahwar, marécages classés patrimoine mondial de l'Unesco. Elle fait pourtant office de plaque tournante du trafic de volatiles protégés. Dans cette région pauvre, marquée par un fort taux d'analphabétisme, le braconnage reste une activité économique nécessaire à la survie de nombreuses familles. Mustafa Ahmed Ali avoue sans détour fournir de nombreux oiseaux sauvages à de riches Irakiens et à des ressortissants des pays du Golfe, notamment. "Des Saoudiens, Qataris ou Koweïtiens en ornent leur jardin ou leur zoo privé. J en écoule entre un et dix par mois. Morts ou vifs, car ici on les mange aussi." Les flamants roses, eux, se vendent par paire, de 30 000 à 40 000 dinars irakiens (entre 17 et 22,5 euros). L' homme se les procure à Sheeb, un grand lac artificiel perdu dans les marécages proches de la frontière iranienne, où les braconniers tendent des pièges. Le docteur Saleh, qui milite pour la protection de la biodiversité de la région d'al-Amara, les connaît bien: "Parfois, je renseigne la police de l'environnement, qui a besoin d'informations pour monter des opérations. Elle n' agit jamais spontanément. Les malfrats sont armés et, s' ils me repèrent, ils me menacent de mort." Ancien haut lieu de la résistance à Saddam Hussein, ces marécages sont restés une zone de non-droit où la chasse d'espèces protégées, mais aussi les trafics de drogue et d'armes sont monnaie courante. Si aucune loi ne vise les flamants roses en particulier, plusieurs accords internationaux de protection des oiseaux migrateurs, ratifiés par l'Irak, permettent aux autorités d'intervenir. Cependant, leur pouvoir est limité, entre autres parce que les marais sont situés aux confins de l'Iran et l'Irak, ce qui complique les contrôles et les arrestations.