Une entente est-elle possible? Le président russe Vladimir Poutine a discuté avec le Premier ministre britannique David Cameron des "options possibles pour un développement positif de la situation (en Syrie, ndlr) et des démarches concrètes à cet égard". Des discussions qui interviennent dans un contexte d'intenses tractations internationales destinées à chercher une solution au conflit.

"Nous avons un intérêt commun, mettre fin rapidement à la violence et lancer un processus de règlement pacifique, conserver l'intégrité territoriale de la Syrie comme Etat souverain", a-t-il poursuivi.

Une conférence internationale

David Cameron a indiqué que, même si les points de vue de la Russie et la Grande-Bretagne sur le règlement de la crise syrienne différaient, les deux pays cherchaient le même but, mettre fin au conflit et enrayer l'extrémisme dans le pays.

Il a aussi salué la proposition d'organiser une conférence internationale d'ici fin mai afin de trouver un règlement politique conforme à un accord conclu à Genève le 30 juin 2012 entre les grandes puissances, sur laquelle se sont entendus Moscou et Washington mardi.

Cet accord ne précise pas le sort du président syrien Bachar al-Assad et l'opposition syrienne continue de considérer son départ comme une condition préalable à toute discussion.

Des armes russes pour Al-Assad

Dans le même temps, le ministre russe des affaires étrangères a déclaré que la Russie finalise la livraison de missiles en Syrie. "La Russie livre (des missiles) depuis longtemps. Elle a signé des contrats et finalise les livraisons en vertu des contrats signés" a-t-il expliqué.

Une entente est-elle possible? Le président russe Vladimir Poutine a discuté avec le Premier ministre britannique David Cameron des "options possibles pour un développement positif de la situation (en Syrie, ndlr) et des démarches concrètes à cet égard". Des discussions qui interviennent dans un contexte d'intenses tractations internationales destinées à chercher une solution au conflit."Nous avons un intérêt commun, mettre fin rapidement à la violence et lancer un processus de règlement pacifique, conserver l'intégrité territoriale de la Syrie comme Etat souverain", a-t-il poursuivi.Une conférence internationaleDavid Cameron a indiqué que, même si les points de vue de la Russie et la Grande-Bretagne sur le règlement de la crise syrienne différaient, les deux pays cherchaient le même but, mettre fin au conflit et enrayer l'extrémisme dans le pays.Il a aussi salué la proposition d'organiser une conférence internationale d'ici fin mai afin de trouver un règlement politique conforme à un accord conclu à Genève le 30 juin 2012 entre les grandes puissances, sur laquelle se sont entendus Moscou et Washington mardi.Cet accord ne précise pas le sort du président syrien Bachar al-Assad et l'opposition syrienne continue de considérer son départ comme une condition préalable à toute discussion.Des armes russes pour Al-AssadDans le même temps, le ministre russe des affaires étrangères a déclaré que la Russie finalise la livraison de missiles en Syrie. "La Russie livre (des missiles) depuis longtemps. Elle a signé des contrats et finalise les livraisons en vertu des contrats signés" a-t-il expliqué.