La malnutrition et le manque de soins médicaux pour les prématurés figurent parmi les principales causes de mortalité dans ce camp, géré par les autorités kurdes dans le nord-est syrien, a précisé à l'AFP Dalal Ismaïl, responsable du Croissant-Rouge kurde pour Al-Hol.

Le camp accueille environ 68.000 personnes, vivant dans des conditions précaires et dépendant totalement des aides humanitaires.

C'est principalement ici qu'ont été envoyés les femmes et les enfants étrangers affiliés à l'EI, lorsqu'ils ont été évacués de l'ultime bastion du groupe djihadiste, reconquis par les forces kurdes en mars 2019.

"Le nombre de décès en 2019 dans le camp est de 517, dont 371 enfants", a indiqué Mme Ismaïl à une équipe de l'AFP en visite mardi au camp d'Al-Hol.

"La situation est catastrophique et c'est un fardeau très lourd", a-t-elle ajouté, précisant que de nombreux enfants sont morts durant l'hiver "en raison du froid et du manque de moyens de chauffage adéquats".

Parmi les enfants décédés figurent également des étrangers, a-t-elle indiqué.

Le camp accueille en grande majorité des Syriens et des Irakiens.

Au total, quelque 12.000 étrangers, 4.000 femmes et 8.000 enfants, sont installés dans trois camps de déplacés du nord-est, la grande majorité dans celui d'Al-Hol, selon des statistiques des autorités kurdes.

La malnutrition et le manque de soins médicaux pour les prématurés figurent parmi les principales causes de mortalité dans ce camp, géré par les autorités kurdes dans le nord-est syrien, a précisé à l'AFP Dalal Ismaïl, responsable du Croissant-Rouge kurde pour Al-Hol. Le camp accueille environ 68.000 personnes, vivant dans des conditions précaires et dépendant totalement des aides humanitaires. C'est principalement ici qu'ont été envoyés les femmes et les enfants étrangers affiliés à l'EI, lorsqu'ils ont été évacués de l'ultime bastion du groupe djihadiste, reconquis par les forces kurdes en mars 2019. "Le nombre de décès en 2019 dans le camp est de 517, dont 371 enfants", a indiqué Mme Ismaïl à une équipe de l'AFP en visite mardi au camp d'Al-Hol. "La situation est catastrophique et c'est un fardeau très lourd", a-t-elle ajouté, précisant que de nombreux enfants sont morts durant l'hiver "en raison du froid et du manque de moyens de chauffage adéquats". Parmi les enfants décédés figurent également des étrangers, a-t-elle indiqué. Le camp accueille en grande majorité des Syriens et des Irakiens. Au total, quelque 12.000 étrangers, 4.000 femmes et 8.000 enfants, sont installés dans trois camps de déplacés du nord-est, la grande majorité dans celui d'Al-Hol, selon des statistiques des autorités kurdes.