Par ailleurs, selon le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, joint au téléphone par l'AFP, un nouveau "massacre" de 13 civils s'est déroulé mardi matin dans la région de Deir Ezzor (nord-ouest).

"Ils (les victimes) ont été exécutés d'une balle dans la tête, selon les premières informations en provenance de la région", a-t-il déclaré à l'AFP, avant d'appeler les observateurs de l'ONU à se rendre sur place pour enquêter sur ce présumé massacre et en identifier les auteurs.

"J'appelle les observateurs internationaux à venir mener l'enquête pour établir comment ces martyrs ont trouvé la mort, pour trouver les meurtriers et les traduire en justice", a déclaré Rami Abdel Rahmane.

Les violences de la journée de mardi ont eu lieu principalement lors de bombardements et d'affrontements entre rebelles et armée régulière, a précisé l'OSDH.

Selon un précédent bilan, 11 personnes ont notamment trouvé la mort dans la province de Homs (centre), dont sept dans le bombardement de la ville par l'armée. Des heurts entre rebelles et soldats gouvernementaux ont fait également cinq morts dans la province d'Alep (nord), d'après l'OSDH.

En 14 mois, les violences ont fait plus de 13.000 morts en Syrie, dont plus de 1.800 depuis le début de la trêve, instaurée en théorie le 12 avril dernier, selon l'OSDH.

Avec Belga.

Par ailleurs, selon le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, joint au téléphone par l'AFP, un nouveau "massacre" de 13 civils s'est déroulé mardi matin dans la région de Deir Ezzor (nord-ouest). "Ils (les victimes) ont été exécutés d'une balle dans la tête, selon les premières informations en provenance de la région", a-t-il déclaré à l'AFP, avant d'appeler les observateurs de l'ONU à se rendre sur place pour enquêter sur ce présumé massacre et en identifier les auteurs. "J'appelle les observateurs internationaux à venir mener l'enquête pour établir comment ces martyrs ont trouvé la mort, pour trouver les meurtriers et les traduire en justice", a déclaré Rami Abdel Rahmane. Les violences de la journée de mardi ont eu lieu principalement lors de bombardements et d'affrontements entre rebelles et armée régulière, a précisé l'OSDH. Selon un précédent bilan, 11 personnes ont notamment trouvé la mort dans la province de Homs (centre), dont sept dans le bombardement de la ville par l'armée. Des heurts entre rebelles et soldats gouvernementaux ont fait également cinq morts dans la province d'Alep (nord), d'après l'OSDH. En 14 mois, les violences ont fait plus de 13.000 morts en Syrie, dont plus de 1.800 depuis le début de la trêve, instaurée en théorie le 12 avril dernier, selon l'OSDH.Avec Belga.