La principale coalition de l'opposition, le Conseil national syrien (CNS), a accusé la Russie d'encourager le régime de Bachar al-Assad à commettre des "crimes sauvages" après les critiques de Moscou contre les sanctions diplomatiques prises en Occident.

A Genève, l'adjoint de l'émissaire international pour la Syrie Kofi Annan, le Français Jean-Marie Guéhenno, a dit après s'être adressé par visioconférence au Conseil de sécurité de l'ONU, attendre des "gestes concrets" du régime sur l'arrêt des violences, la libération des détenus et l'accès humanitaire.

Alors que la communauté internationale ne parvient pas à se mettre d'accord sur la marche à suivre, la répression menée par le régime contre la révolte populaire lancée en mars 2011 et les combats entre soldats et rebelles continuent de plus belle en Syrie, faisant 62 morts, selon des militants.

L'armée bombardait à l'artillerie lourde en soirée Houla, où 108 personnes ont été massacrées vendredi et samedi, a indiqué le CNS en appelant les observateurs de l'ONU à se rendre dans cette localité du centre de la Syrie et à protéger les civils qui s'y trouvent encore".

Mardi, 98 personnes ont été tuées, dont 13 exécutées sommairement à Deir Ezzor, le chef des observateurs de l'ONU, le général Robert Mood, se disant "profondément perturbé" par cette découverte.

Levif.be, avec Belga

La principale coalition de l'opposition, le Conseil national syrien (CNS), a accusé la Russie d'encourager le régime de Bachar al-Assad à commettre des "crimes sauvages" après les critiques de Moscou contre les sanctions diplomatiques prises en Occident. A Genève, l'adjoint de l'émissaire international pour la Syrie Kofi Annan, le Français Jean-Marie Guéhenno, a dit après s'être adressé par visioconférence au Conseil de sécurité de l'ONU, attendre des "gestes concrets" du régime sur l'arrêt des violences, la libération des détenus et l'accès humanitaire. Alors que la communauté internationale ne parvient pas à se mettre d'accord sur la marche à suivre, la répression menée par le régime contre la révolte populaire lancée en mars 2011 et les combats entre soldats et rebelles continuent de plus belle en Syrie, faisant 62 morts, selon des militants. L'armée bombardait à l'artillerie lourde en soirée Houla, où 108 personnes ont été massacrées vendredi et samedi, a indiqué le CNS en appelant les observateurs de l'ONU à se rendre dans cette localité du centre de la Syrie et à protéger les civils qui s'y trouvent encore". Mardi, 98 personnes ont été tuées, dont 13 exécutées sommairement à Deir Ezzor, le chef des observateurs de l'ONU, le général Robert Mood, se disant "profondément perturbé" par cette découverte. Levif.be, avec Belga