En ce mois de décembre, chacun lutte comme il peut contre le froid: foulard en soie de chez Dior pour l'un, gelée royale pour l'autre, collés les uns aux autres, tous espèrent qu'en cet avant-dernier jour de tournage, les prises seront bonnes. D'autant que, outre Le Vif/L'Express, la presse hexagonale est là. Pas la grrrande pour laquelle toutes les guest stars (Julien Doré, Fabrice Lucchini, Juliette Binoche, Isabelle Adjani...) se déplacent, non, seulement la presse régionale (Ouest France) et spécialisée (La Vie) qui se contenteront des acteurs "maison" mais sans les rôles principaux... Bon.

A vos côtés, l'un des producteurs et concepteurs de la série, Michel Feller, qui, avec Dominique Besnehart, a lancé la célèbre série il y a deux ans déjà. Directement inspirée de leur expérience d'agent chez Artmedia, la série 100 % française connaît un succès fulgurant d'autant qu'ici ce sont de vraies stars qui interprètent leur propre rôle. Du genre, Joey Starr fait du Joey Starr et Nathalie Baye et sa fille Laura Smets s'engueulent à l'écran pour ne pas partager la même affiche ou le même agent. Frileuses au départ (aucun comédien n'aime dévoiler ses petits caprices), toutes les superstars françaises se pressent désormais au portillon, ne fut-ce que pour une simple apparition, dans la seconde saison. Alors que le producteur (bonnet noir et doudoune) explique très sérieusement que l'équipe tourne "vite" - à savoir 6 minutes d'épisode par jour - la réalisatrice, Jeanne Herry (fille de Miou-Miou et Julien Clerc), impose le silence pour l'entrée en scène de l'acteur. Clap 1 : (précédé d'une caméra et suivi de cinq techniciens, l'acteur trébuche). "On recommence", crie Herry. Clap 2 : "On coupe, j'avais un reflet dans la vitre. Tout le monde est prêt? On recommence." Clap 3 : "On recommence, quelqu'un a laissé sa main dans le champ caméra." Clap 4 : "On coupe, l'acteur a oublié son texte." Clap 5 : "On fait une pause."

L'occasion pour les journalistes de sauter sur l'un des acteurs pour se voir expliquer (comme sur à peu près tous les tournages) en quoi ce rôle a "changé sa vie". A gauche, la critique cinéma gratte son carnet de note en enchaînant une dizaine d'interviews qui se résument en substance à "l'évolution du personnage entre la saison 1 et la saison 2". A droite, le journaliste de La Vie explique à la jolie métisse (réceptionniste de la série) que bien que son journal soit chrétien, il n'en est pas moins très ouvert sur les sujets culturels. On sent que même si elle bat des cils, la belle reste dubitative. Arrive alors un journaliste de Canal +, style "petit frère de Yann Barthès" suivi de deux minuscules caméras et qui, micro au poing, se plaît à interrompre tout le monde. Les comédiens se pâment, tous aimeraient passer à la télé, à tout le moins sur le net.

Lorsque les caméras sont coupées, il est difficile de distinguer le vrai du faux, celui qui "interprète" de celui qui "incarne". D'autant que, pour ne rien arranger, les acteurs de la série sont eux-mêmes devenus de quasi-stars. En tous cas, l'ambiance est bonne, l'attaché de presse virevolte dans ses basket blanches et la journée touche presque à sa fin. Des comédiens aux techniciens, tous ont le sentiment que ce sont les derniers jours d'école. Hier, on fêtait l'anniversaire de Camille Cottin (Andréa), demain ce sera la fête de fin de tournage (encore mieux que le bal de fin d'année) où tous se diront au revoir. Avant de se retrouver encore plus "star" sur le prochain tournage.

Marina Laurent

En ce mois de décembre, chacun lutte comme il peut contre le froid: foulard en soie de chez Dior pour l'un, gelée royale pour l'autre, collés les uns aux autres, tous espèrent qu'en cet avant-dernier jour de tournage, les prises seront bonnes. D'autant que, outre Le Vif/L'Express, la presse hexagonale est là. Pas la grrrande pour laquelle toutes les guest stars (Julien Doré, Fabrice Lucchini, Juliette Binoche, Isabelle Adjani...) se déplacent, non, seulement la presse régionale (Ouest France) et spécialisée (La Vie) qui se contenteront des acteurs "maison" mais sans les rôles principaux... Bon. A vos côtés, l'un des producteurs et concepteurs de la série, Michel Feller, qui, avec Dominique Besnehart, a lancé la célèbre série il y a deux ans déjà. Directement inspirée de leur expérience d'agent chez Artmedia, la série 100 % française connaît un succès fulgurant d'autant qu'ici ce sont de vraies stars qui interprètent leur propre rôle. Du genre, Joey Starr fait du Joey Starr et Nathalie Baye et sa fille Laura Smets s'engueulent à l'écran pour ne pas partager la même affiche ou le même agent. Frileuses au départ (aucun comédien n'aime dévoiler ses petits caprices), toutes les superstars françaises se pressent désormais au portillon, ne fut-ce que pour une simple apparition, dans la seconde saison. Alors que le producteur (bonnet noir et doudoune) explique très sérieusement que l'équipe tourne "vite" - à savoir 6 minutes d'épisode par jour - la réalisatrice, Jeanne Herry (fille de Miou-Miou et Julien Clerc), impose le silence pour l'entrée en scène de l'acteur. Clap 1 : (précédé d'une caméra et suivi de cinq techniciens, l'acteur trébuche). "On recommence", crie Herry. Clap 2 : "On coupe, j'avais un reflet dans la vitre. Tout le monde est prêt? On recommence." Clap 3 : "On recommence, quelqu'un a laissé sa main dans le champ caméra." Clap 4 : "On coupe, l'acteur a oublié son texte." Clap 5 : "On fait une pause."L'occasion pour les journalistes de sauter sur l'un des acteurs pour se voir expliquer (comme sur à peu près tous les tournages) en quoi ce rôle a "changé sa vie". A gauche, la critique cinéma gratte son carnet de note en enchaînant une dizaine d'interviews qui se résument en substance à "l'évolution du personnage entre la saison 1 et la saison 2". A droite, le journaliste de La Vie explique à la jolie métisse (réceptionniste de la série) que bien que son journal soit chrétien, il n'en est pas moins très ouvert sur les sujets culturels. On sent que même si elle bat des cils, la belle reste dubitative. Arrive alors un journaliste de Canal +, style "petit frère de Yann Barthès" suivi de deux minuscules caméras et qui, micro au poing, se plaît à interrompre tout le monde. Les comédiens se pâment, tous aimeraient passer à la télé, à tout le moins sur le net. Lorsque les caméras sont coupées, il est difficile de distinguer le vrai du faux, celui qui "interprète" de celui qui "incarne". D'autant que, pour ne rien arranger, les acteurs de la série sont eux-mêmes devenus de quasi-stars. En tous cas, l'ambiance est bonne, l'attaché de presse virevolte dans ses basket blanches et la journée touche presque à sa fin. Des comédiens aux techniciens, tous ont le sentiment que ce sont les derniers jours d'école. Hier, on fêtait l'anniversaire de Camille Cottin (Andréa), demain ce sera la fête de fin de tournage (encore mieux que le bal de fin d'année) où tous se diront au revoir. Avant de se retrouver encore plus "star" sur le prochain tournage. Marina Laurent