Les ministres participants ont réaffirmé l'objectif d'assurer la défaite durable du groupe terroriste et ont réitéré leur soutien à la Coalition et aux autorités irakiennes, indiquent les Affaires étrangères belges dans un communiqué. "Les efforts en matière de stabilisation ont également été au coeur de la réunion avec l'annonce des besoins en la matière pour l'année 2021 se chiffrant à 670 millions de dollars."

Selon Mme Wilmès, "un équilibre est recherché entre une dimension préventive et une dimension répressive afin d'accroître l'efficacité". Dans le cadre de la Coalition, il s'agit d'optimaliser la continuité et la cohérence de l'action belge en équilibrant la dimension militaire, la dimension humanitaire et la stabilisation, selon la diplomatie belge.

La Belgique est engagée militairement avec quatre avions F-16 déployés jusqu'en octobre 2021 tout en étant "un contributeur régulier aux efforts de stabilisation": "en effet, depuis 2016, plus de 18 millions d'euros ont été alloués à la reconstruction de l'Irak, au déminage en Irak et dans le nord-est syrien ainsi qu'à l'amélioration des conditions de vie dans les camps", ajoute le communiqué.

Les ministres participants ont réaffirmé l'objectif d'assurer la défaite durable du groupe terroriste et ont réitéré leur soutien à la Coalition et aux autorités irakiennes, indiquent les Affaires étrangères belges dans un communiqué. "Les efforts en matière de stabilisation ont également été au coeur de la réunion avec l'annonce des besoins en la matière pour l'année 2021 se chiffrant à 670 millions de dollars." Selon Mme Wilmès, "un équilibre est recherché entre une dimension préventive et une dimension répressive afin d'accroître l'efficacité". Dans le cadre de la Coalition, il s'agit d'optimaliser la continuité et la cohérence de l'action belge en équilibrant la dimension militaire, la dimension humanitaire et la stabilisation, selon la diplomatie belge. La Belgique est engagée militairement avec quatre avions F-16 déployés jusqu'en octobre 2021 tout en étant "un contributeur régulier aux efforts de stabilisation": "en effet, depuis 2016, plus de 18 millions d'euros ont été alloués à la reconstruction de l'Irak, au déminage en Irak et dans le nord-est syrien ainsi qu'à l'amélioration des conditions de vie dans les camps", ajoute le communiqué.