Ces six journalistes ont été arrêtés le 20 janvier dans la capitale américaine Washington alors qu'ils ont expliqué aux policiers être en train de couvrir les manifestations et leur ont montré leurs documents de presse, explique l'IFJ dans un communiqué. Une caméra a également été saisie. Ils risquent jusqu'à 10 ans de prison et une amende de 25.000 dollars selon une loi contre les émeutes, selon la fédération.

En tout, plus de 200 personnes ont été arrêtées à la suite de dommages ou de vandalisme lors de ces protestations.

Selon l'IFJ, la police n'a pas précisé aux journalistes ce qu'ils avaient fait de mal avant de les interpeller. Ils nient tout acte de vandalisme.

"L'IFJ est très préoccupée par ces violations flagrantes des médias et urge les autorités à abandonner les charges immédiatement", stipule le communiqué, invoquant une violation du premier amendement de la constitution des Etats-Unis.

La Fédération internationale des journalistes représente 179 syndicats et associations de journalistes dans le monde, soit quelque 600.000 journalistes.