Deux adolescents ont été tués sur l'île grecque de Samos par l'écroulement d'un mur lors du fort séisme de 6,7 qui a frappé vendredi cette île de l'archipel de Dodécannèse en mer Egée, a indiqué le Premier ministre grec dans un tweet de condoléances adressées à leurs familles.

"Les mots manquent face à la perte d'enfants. Dans ces heures difficiles, nos pensées vont à leurs familles et à Samos éprouvée d'une douleur insupportable", a écrit sur Twitter Kyriakos Mitsotakis vendredi soir peu après l'annonce du drame par de nombreux médias grecs.

Selon la télévision publique Ert, les deux adolescents, de 15 et 17 ans, ont été tués à Vathy, port de Samos, alors qu'ils rentraient chez eux de l'école lors du séisme survenu à 11H51 GMT (13H51 locales).

AFP
© AFP

De son côté le service des pompiers a indiqué à l'AFP que "deux jeunes sans connaissance ont été retirés des gravats d'un mur qui s'était écroulé et transférés à l'hôpital pour être identifiés".

Il s'agit des premières victimes en Grèce de ce fort séisme qui a par ailleurs fait au moins quatre blessés, dont une jeune fille de 14 ans, qui souffre de fractures graves et qui sera transférée à bord d'un appareil C-130 à Athènes pour être hospitalisée.

Dans un premier temps les autorités grecques n'avaient pas fait état de morts après ce séisme dont l'épicentre est situé au large de Samos. Mais quelques heures plus tard les pompiers ont reçu un appel pour secourir les deux adolescents ensevelis sous des gravats du mur.

De nombreux dégâts ont été provoqués à Samos par l'écroulement des murs de vieilles maisons, selon les autorités.

Ce séisme qui a également frappé la Turquie voisine a fait au moins quatre morts et 120 blessés à Izmir, grande ville turque en face de Samos.

La Grèce est située sur d'importantes failles géologiques et les tremblements de terre y sont fréquents, surtout en mer, le plus souvent sans faire de victime. Le dernier séisme mortel, de magnitude 6,7, avait eu lieu sur l'île de Kos, proche de Samos, en mer Égée en juillet 2017, tuant deux personnes.

Deux adolescents ont été tués sur l'île grecque de Samos par l'écroulement d'un mur lors du fort séisme de 6,7 qui a frappé vendredi cette île de l'archipel de Dodécannèse en mer Egée, a indiqué le Premier ministre grec dans un tweet de condoléances adressées à leurs familles."Les mots manquent face à la perte d'enfants. Dans ces heures difficiles, nos pensées vont à leurs familles et à Samos éprouvée d'une douleur insupportable", a écrit sur Twitter Kyriakos Mitsotakis vendredi soir peu après l'annonce du drame par de nombreux médias grecs.Selon la télévision publique Ert, les deux adolescents, de 15 et 17 ans, ont été tués à Vathy, port de Samos, alors qu'ils rentraient chez eux de l'école lors du séisme survenu à 11H51 GMT (13H51 locales). De son côté le service des pompiers a indiqué à l'AFP que "deux jeunes sans connaissance ont été retirés des gravats d'un mur qui s'était écroulé et transférés à l'hôpital pour être identifiés". Il s'agit des premières victimes en Grèce de ce fort séisme qui a par ailleurs fait au moins quatre blessés, dont une jeune fille de 14 ans, qui souffre de fractures graves et qui sera transférée à bord d'un appareil C-130 à Athènes pour être hospitalisée.Dans un premier temps les autorités grecques n'avaient pas fait état de morts après ce séisme dont l'épicentre est situé au large de Samos. Mais quelques heures plus tard les pompiers ont reçu un appel pour secourir les deux adolescents ensevelis sous des gravats du mur.De nombreux dégâts ont été provoqués à Samos par l'écroulement des murs de vieilles maisons, selon les autorités.Ce séisme qui a également frappé la Turquie voisine a fait au moins quatre morts et 120 blessés à Izmir, grande ville turque en face de Samos.La Grèce est située sur d'importantes failles géologiques et les tremblements de terre y sont fréquents, surtout en mer, le plus souvent sans faire de victime. Le dernier séisme mortel, de magnitude 6,7, avait eu lieu sur l'île de Kos, proche de Samos, en mer Égée en juillet 2017, tuant deux personnes.