"On ne peut pas d'un côté être un partenaire important de l'OTAN et d'un autre s'acoquiner avec la Russie", a affirmé M. Peeters (CD&V, PPE) sur les ondes de Radio 1 (VRT).

Le message, largement partagé dans l'assemblée parlementaire de l'OTAN selon lui, a été transmis aux élus turcs à Londres lors d'une réunion récente.

"Ce message, c'est que ceci ne peut pas être admis plus longtemps, que la situation explosive doit être déminée rapidement et que tous les partenaires doivent se retrouver autour de la table".

Pour l'eurodéputé, l'opération militaire turque en Syrie montre l'urgence pour l'Europe de se doter d'une politique commune de défense et d'une meilleure politique d'asile. La menace brandie par le président turc Erdogan de renvoyer des millions de réfugiés vers l'Europe relève du "chantage, un langage que nous ne pouvons admettre". "Mais l'Europe doit aussi faire son travail. Nous devons rapidement nous accorder sur la manière d'agir avec les pays tiers".